Les tarifs autoroutiers vont bien augmenter de 1% en 2016

Voir le site Automoto

Autoroutes : un message d'alerte diffusé en cas de contresens
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-01-14T16:10:29.201Z, mis à jour 2016-01-14T16:15:47.270Z

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé mercredi 13 janvier 2016, que la hausse des tarifs autoroutiers prévue au 1er février serait maintenue, malgré son opposition.

Ségolène Royal n’a pas lu les petits caractères du contrat signé en Avril avec les sociétés d'autoroutes.

Manuel Valls : pas de hausse des péages autoroutiers en 2015

« Dans la convention de l’arbitrage »

Le niveau de l'augmentation des tarifs des autoroutes au 1er février, qui sera d'un peu plus de 1%, « était dans la convention de l'arbitrage », a admis la ministre de l'Ecologie, avant d’ajouter « ce que je leur demande c'est d'investir, de donner les 100 millions d'euros de travaux pour les routes et les 3 milliards du plan de relance » pour les autoroutes

Ce plan de relance prévoit 3,2 milliards d'euros d'investissements des sociétés d'autoroutes en échange d'un allongement de la durée de leurs concessions. Les travaux devraient créer près de 10.000 emplois directs et indirects dans des filiales des géants français du BTP Eiffage et Vinci, ainsi que de l'espagnol Abertis.

Vers une baisse du prix des autoroutes ?



Ségolène Royal n’a pas pu empêcher la hausse

La ministre s'était opposée début décembre à la hausse des tarifs autoroutiers prévue en février au moment  où le pourcentage de hausse présenté par les services de l'Etat au comité des usagers des autoroutes a été dévoilé par Les Echos. A l’époque Ségolène Royal a « exclu » une hausse supérieure à l'inflation « puisque l'engagement qui avait été pris c'est de ne pas dépasser l'inflation et même d'être en dessous de l'inflation compte tenu du pactole que les compagnies autoroutières avaient déjà accumulées par le passé ». 

Malheureusement, le secrétaire d'État au Budget Christian Eckert a estimé que les tarifs autoroutiers ne relevaient pas d'une « décision budgétaire (ou) législative », mais de « l'application du contrat » entre l'État et les concessionnaires autoroutiers. Ne jamais oublier de lire les petites clauses du contrat.

Insolite : Il se fait doubler par un tracteur avec caravane sur l’autoroute !