Tata Nano : voici la voiture la moins chère du monde

Voir le site Automoto

Tata Nano : voici la voiture la moins chère du monde
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-10-05T14:02:00.000Z, mis à jour 2008-10-05T14:02:00.000Z

Le constructeur indien Tata avait promis de lever le voile en janvier 2008 sur la voiture la moins chère du monde, la voici aujourd'hui, elle s'appelle Nano, son prix : 2 500 dollars.

La voiture du peuple... indien

Un peu à la manière de Fiat avec sa 500 (première du nom) en Italie ou de la Coccinelle de Volkswagen en Allemagne, Tata Motors tente aujourd’hui d’envahir un marché indien gigantesque et en pleine expansion, avec un produit utile et abordable. L’objet en question, dévoilé aujourd’hui par le président de la firme Tata, est une voiture de petit format - 3,10 m de long, 1,50 m de large et 1,60 m de hauteur - proposant 4 places et une vraie carrosserie. S’adressant à une clientèle modeste, elle offre une consommation d’essence très contenue et surtout, un prix de vente plus compétitif que jamais. Des arguments de vente parfaitement adaptés aux exigences du marché auquel cette Nano se destine.

Une révolution

A des milliers de kilomètres de cette présentation peu banale, les acteurs occidentaux de l’industrie automobile regardent, dubitatifs, éclore une nouvelle génération de véhicules. Bien sûr, la Dacia (Renault) Logan avait annoncé la tendance. Mais la Nano va encore plus loin. Non contente d’être la voiture la moins chère du monde, la petite Tata s’autorise un incroyable pied de nez aux grands constructeurs en répondant à des critères de plus en plus sollicités par les automobilistes. Sa petite motorisation, un bloc de 623 cm3 essence de 33 ch accouplée à une boîte 4 vitesses manuelle, rejetterait en effet moins de 60g de CO2 par kilomètre. De quoi profiter d’un joli bonus écologique sur le sol français... Devançant certaines critiques récurrentes, Tata annonce même un respect de toutes les normes (indiennes ?) de sécurité et de pollution, sans pour autant apporter plus de précisions.

French touch ?

Tablant sur une production de 500.000 unités à l’année, le constructeur indien espère bien inonder son marché national et ne cache pas sa volonté d’exporter sa mini-voiture hors de ses frontières d’ici 2011. Rappelons que la société MDI, basée dans le sud de l’hexagone, a déjà développé ce genre de modèle, à l’esthétique d’ailleurs très ressemblant. Proposé à un prix plus élevé, elle était motorisée par une mécanique à air comprimé. Le concept n’avait alors pas séduit les constructeurs généralistes français, mais un investisseur étranger s’était montré très intéressé et avait signé début 2007 un transfert de technologies avec MDI. Cet investisseur n’était autre que Tata Motors...