Dans l'actualité récente

Tesla : polémique autour de suspensions défectueuses et de clients réduits au silence

Voir le site Automoto

Tesla Model S, berline électrique vendue en France à l'été 2013 à partir de 64.760 euros.
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-06-13T14:43:47.351Z, mis à jour 2016-06-13T15:03:31.348Z

Selon l'agence américaine de sécurité routière (NHTSA), certains client de la marque se seraient plein de problèmes de suspensions et Tesla aurait demandé de ne pas ébruité la défaillance.

Tesla vient d’officialiser la commercialisation de son nouveau modèle à prix accessible, la Tesla Model S 60. Cette version d’accès sera commercialisée en France à partir de 70.800 euros, bonus écologique déduit. Mais hélas ce n’est pas avec cette nouveauté que la marque américaine fait le buzz. 


 Problème de suspension : l’omerta Tesla

 Tesla cherche-t-elle à faire taire ses clients mécontents ? C’est ce que laisse penser la NHTSA. En effet, l’agence américaine de sécurité routière se demande s’il existerait un accord de confidentialité que le constructeur propose à son client touché par une panne. Il semblerait qu’un accord de confidentialité existe réellement en cas de panne d’un des « Model » de Tesla.

En effet, dans un message sur le site de la firme de Palo Alto, il existe « accord de bonne volonté » destinés aux clients qui bénéficient de réparations gratuites. Ces personnes doivent également garder le type de réparation confidentiel. Ce qui permet à Tesla de ne jamais être au milieu d’une tempête et de présenter l’intégralité de ses véhicules comme parfaitement sain. 


Les réseaux sociaux lèvent le lièvre ? 

L'agence américaine de sécurité routière se serait intéressé à Tesla suite aux messages sur Twitter et Facebook qui signalaient des problèmes sur leur véhicule Tesla. Les internautes ont dévoilé que le bras de suspension sur les Model S avait de nombreux problème aux environs des 110.000 km parcourus. 


Alerté à de nombreuses reprises, la NHTSA a indiqué que « tout document impliquant que les consommateurs ne doivent pas communiquer avec les autorités en regard d’un problème de sécurité est inacceptable ». Tesla, de son côté, a déjà répondu que l’entreprise « n’a jamais demandé à un client de signer un document l'empêchant de parler à la NHTSA ou à tout autre agence gouvernementale. Ce serait absurde. »