Tests Commission Diesel : Des voitures plus polluantes qu’annoncées ?

Voir le site Automoto

Pot échappement voiture Pollution
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-04-07T17:09:51.275Z, mis à jour 2016-04-07T17:40:36.481Z

Les 52 véhicules passés au crible par la Commission Diesel ont montré des taux de CO2 jusqu’à 40% et NOx jusqu’à 10 fois plus élevés que les chiffres d’homologation constructeurs, et largement au-delà des normes européennes.

La première vague de de tests sur les véhicules diesel a donné un verdict très sombre pour les constructeurs, après le scandale ayant éclaboussé le groupe Volkswagen.


Résultat accablants

52 véhicules ont été testés par l’organisme indépendant UTAC CERAM, dont 12 Renault, 9 Peugeot, 6 Citroën, 5 Volkswagen, 4 Ford, 3 Opel, Mercedes-Benz, 2 Toyota, 2 Nissan ainsi que des Dacia, Audi, BMW, Jeep, Fiat et Kia. Les tests ont eu lieu sur banc de roulage (dont en statique) et en conditions réelles sur route.

Le résultat est sans appel, aucune voiture ne respecte les chiffres indiqués lors de l’homologation, soit des émissions de CO2 de 12 à 40% supérieures. "Une large majorité des véhicules Euro 6 équipés de la technologie EGR + NOx Trap présentent des anomalies, notamment en émissions réelles de NOx (oxydes d’azote)  jusqu’à cinq fois la norme" explique le dossier de la Commission Royal, "certains véhicules issus de deux constructeurs différents présentent des écarts dix fois supérieurs à la norme. Les véhicules Euro 4 et Euro 5, présentent le plus souvent des anomalies en matière d’émissions de CO2."

Un test en deux parties dit "discriminant" a également été opéré afin de déceler d’éventuel logiciel de fraude, mais il n’a seulement révélé que deux modèles Volkswagen déjà identifiés depuis le scandale ayant éclaté en septembre 2015. 12 véhicules sur les 50 restants ont montré des résultats allant du simple au double, voire au triple. "Les constructeurs concernés ont été invités à fournir des explications sur les causes de ces dépassements aux membres de la commission indépendante" peut-on lire à plusieurs reprises dans le dossier, disponible sur le site du Ministère de l'Ecologie.