Toyota Mirai : près de 1.500 commandes pour la voiture à hydrogène !

Voir le site Automoto

La nouvelle berline à quatre portes 100% électrique de Toyota : la Mirai (qui veut dire Futur en japonais).
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-01-15T14:57:00.000Z, mis à jour 2015-01-15T15:30:00.000Z

Ouverte à la commande au Japon depuis un mois, la Mirai, première voiture de série à hydrogène, a reçu 1.500 demandes, contre seulement 400 exemplaires prévus par le constructeur Toyota sur l'année 2015 !

La voiture à hydrogène est annoncée comme la voiture du futur, mais aujourd'hui, hormis quelques essais grandeur nature et le programme de location de la Honda FCX Clarity en 2008 en Californie, aucun modèle n'a existé sur le marché. Toyota met ainsi les pieds dans le plat du marché automobile en étant la première marque à lancer une voiture de série : la Mirai.

>> La Toyota Mirai en photos


Déjà un succès !
Dévoilée au Salon de Los Angeles en novembre 2014, la berline à hydrogène au style particulier (car aérodynamique au possible) sera disponible sur le marché japonais dès mars 2015. Le carnet de commande avait été ouvert le 15 décembre, le constructeur ne prévoyant que 400 exemplaires sur l'année ; or ce sont 1.500 commandes qui ont été enregistrées par la firme nipponne en seulement un mois !

"60% des clients viennent des administrations et flottes professionnelles, les 40% restant des particuliers" précise Toyota. Devant ce succès, le constructeur a annoncé logiquement dans son communiqué de presse que les livraisons seront plus étalées dans le temps que prévu.


Vraiment écologique ?
A la manière de la voiture électrique, la voiture hydrogène se veut l'outil de transport individuel du futur. Si elle se propulse également grâce à un moteur électrique (ici de 154 chevaux et 335 Nm de couple), l'énergie de ses batteries ne provient pas d'une prise, mais d'une réaction chimique générée à bord même du véhicule. L'hydrogène réagit avec l'air, donnant ainsi des électrons, donc du courant, remplissant les batteries (ici en Nickel-métal hydride ou NiMh), et ne rejetant que de la vapeur d'eau face à nos « fumantes » autos thermiques. L'hydrogène du réservoir, stocké à 700 bar, est rempli en environ 3 minutes, soit un avantage considérable face à la charge en plusieurs heures d'une voiture électrique.

Cependant, la production d'hydrogène est-elle très gourmande en énergie, et demande beaucoup d'électricité. Si en France, cette électricité est majoritairement nucléaire, elle est par exemple en Chine majoritairement tirée du charbon, extrêmement polluant, tarabustant ainsi les écologistes sur la question de l'empreinte environnementale totale d'un véhicule à hydrogène.