Dans l'actualité récente

Triumph frappe trois grands coups avec les nouvelles Street Triple

Voir le site Automoto

Triumph Street Triple
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2017-01-13T16:10:13.344Z, mis à jour 2017-01-13T16:26:28.902Z

Triumph a fait fort. Le constructeur britannique a dévoilé trois déclinaisons (S, R et RS) de la très appréciée Street Triple, qui ont tout pour conquérir le plus grand nombre. La preuve.

Non, vous ne voyez pas triple. A Londres, Triumph a bien dévoilé trois déclinaisons bien différentes de son roadster à succès, avec les Street Triple S, R et RS. De leurs puissances à leurs prix en passant par leurs options, tout a été pensé pour tenter de satisfaire le public le plus large possible. Pour vous, Automoto fait le détail.


Triumph Street Triple S

Si l’aspect global et le tableau de bord de l’entrée de gamme n’ont amassé que de petites retouches,  le moteur 3 cylindres, hérité de la Daytona, a subi une belle révision. Il cube désormais à 765cm3 (au lieu de 675 précédemment) et est capable de développer 113 ch, soit un gain de 7 chevaux par rapport à l’ancienne version. Pour optimiser le confort et la sécurité, elle adopte aussi deux modes cartographiques, pour la route ou pour la pluie, qui adaptent notamment le contrôle de traction. Mieux, la Street Triple S sera également disponible en version bridée à 47,5 chevaux, histoire de convaincre les jeunes conducteurs.

Triumph Street Triple R

Le R n’est pas là juste pour donner l’illusion d’une machine plus agressive. La Triumph Steet Triple R est vraiment plus sportive que sa petite sœur. D’abord parce que son bloc développe 5 chevaux de plus, mais aussi parce que ses deux modes cartographiques supplémentaires, nommés Sport et Rider, accompagnés notamment de nouveaux freins (Brembo, évidemment) et de nouvelles suspensions Showa ont de quoi lui conférer un vrai surplus d’aérodynamisme. Esthétiquement, les feux diurnes et les prises d’air en rajoutent une couche.


Triumph Street Triple RS

Prenez là Street Triple R, ajoutez lui, entre autres, 5 chevaux supplémentaires –pour porter le total à 123 chevaux-, mettez-lui des amortisseurs Ohlins (les références du marché) les étriers de freins Brembo M50, un shifter qui fonctionne en montée, et même un mode « track » pour les amateurs de circuit, et vous obtenez la plus diabolique de cette triplette alléchante.

Même les prix ont été fixés pour séduire le plus grand public, puisqu’ils oscilleront entre 8900 euros pour l’entrée de gamme et 12000 euros pour le modèle le plus complet.