Trophée Andros : J.P.Dayraut et F.Lagorce au top

Voir le site Automoto

Jean-Philippe Dayraut
Par Jean-Pierre Pernaut|Ecrit pour TF1|2010-12-13T09:07:00.000Z, mis à jour 2010-12-13T09:07:00.000Z

Jean-Philippe Dayraut et Frank Lagorce, les deux hommes forts de la 2ème étape du trophée Andros en Andorre mais Alain Prost (Dacia) reste leader du classement général.

Paradoxe météo du moment, un temps quasi printanier attendait les pilotes sur le circuit du Pas de la Case où l'automobile club andorran avait fait des miracles : une piste de glace !


Le toulousain Jean-Philippe Dayraut ( Saintéloc) réalisait samedi une époustouflante démonstration et remportait une victoire éclatante. Handicapé le lendemain par un lest de 100 kg (!), il ne pouvait rivaliser avec un Franck Lagorce (Skoda) des grands jours après son « faux départ » technique de Val Thorens.


Derrière eux, des outsiders qui ont parfaitement su négocier les conditions météo et l'état très changeant de la piste : Pierre Llorach, Jean-Luc Paillet et Benjamin Rivière, mais aussi le «petit nouveau » Jacques Villeneuve dont c'était le deuxième course sur glace et dont les progrès ont été étonnants. Admirer le champion du monde de F1 se battre, portière contre portière, pour une 2ème place en finale « Elite Sup » avec le très expérimenté Jean-Luc Paillet, multiple fois champion de France et d'Europe de rallye cross, a enthousiasmé le public andorran.


Beaucoup d'enthousiasme également dans le trophée Electrique avec des voitures de plus en plus rapides et des courses palpitantes pendant tout le week- end. Nicolas Prost (Pilot) prend la tête du classement général devant Olivier Pernaut (STEF-TFE) avec, comme en « thermique », un retour en force de Franky Lagorce (Andros).


Le week-end prochain à l'Alpe d'Huez sera décisif avant le trêve des fêtes de fin d'année. Un Dayraut enfin « allégé », un Lagorce qui a retrouvé la pêche, un Panis en quête de coup d'éclat, un Villeneuve qui monte et un Prost leader qui devra utiliser tout son talent pour le rester... Tout cela promet des courses de folie pour un trophée où les derniers du classement (dont votre serviteur) n'ont pas dit leur dernier mot .

Dans les finales « Elite » d'Andorre les temps au tour étaient identiques à ceux des pilotes de l' «Elite Sup ». Jamais la compétition n'a été aussi serrée !

Par Jean-Pierre Pernaut