Un motard retrouvé vivant 4 jours après un accident... grâce à la géolocalisation

Voir le site Automoto

Moto Champ Accident
Par Marie LIZAK|Ecrit pour TF1|2016-07-26T11:00:15.622Z, mis à jour 2016-07-26T13:49:54.648Z

Un motard âgé de 38 ans a attendu les secours pendant 4 jours dans un champ de la Sarthe (72) après un accident, avant d’être retrouvé grâce aux données de localisation de son compte Google, ainsi que la persévérance de ses amis.

Un motard a passé quatre jours dans un champ avant d’être retrouvé grâce à Google.


Quatre jours entre la vie et la mort

C’est dans la Sarthe qu’Eric Luxereau, motard de 38 ans a été victime d’un accident de la route alors qu’il circulait au guidon de sa moto mercredi dernier. Son employeur, surpris de ne pas le voir au travail l’après-midi contacte alors son épouse, qui tente de joindre les hôpitaux de la région pensant que son mari ait été pris en charge par l’un deux. A force de réponses négatives, elle prévient alors les gendarmes, qui refusent d'agir, arguant qu’une personne majeure a le droit de disparaître librement.

S’ensuit alors plusieurs jours de battues, sans résultat. En effet, se basant sur des données de signalement du téléphone erronées fournies par l’opérateur téléphonique d'Eric, ses proches n’ont pas pu retrouver ce dernier.


Sauvé par Google

L’histoire aurait pu s’arrêter là si l’un des amis d’Eric n’avait pas eu l’idée de se connecter au compte Google du malheureux motard, son épouse étant en possession du mot de passe. Grâce aux données de localisation acquises par la firme californienne, ses proches ont pu obtenir son emplacement exact et ainsi venir le chercher.

Transporté à l’hôpital, le motard s’en sort avec des fractures multiples aux côtes et à la clavicule, ainsi qu’une déshydratation. Soulagée, son épouse souhaite désormais témoigner en faveur du GPS pour équiper tous les motards, rappelant que les données de la firme américaine sont plus précises que celles des opérateurs téléphoniques, permettant d’établir une zone de 5 km peu précise.