Dans l'actualité récente

Un retour d’Alfa Romeo en F1 ? Le PDG de Fiat le veut !

Voir le site Automoto

F1 - GP d'Espagne 2015
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-02-14T11:39:33.596Z, mis à jour 2016-02-14T11:39:34.829Z

Sergio Marchionne a une nouvelle fois parler d'un retour d'Alfa Romeo en Formule 1. La monoplace pourrait d'abord être motorisée par Ferrari.

Alors qu’on n’a plus vu de monoplace siglée Alfa Romeo en Formule 1 depuis 1985, le patron du groupe Fiat a encore évoqué un retour de la marque dans la discipline reine.

Il en avait déjà parlé en décembre

En plus de Ferrari, Sergio Marchionne rêve d’une autre équipe italienne, quitte à concurrencer deux immenses marques de son propre groupe. Il avait lancé l’idée d’un retour d’Alfa Romeo aux affaires en décembre dernier et l’a confirmée dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport. Il a ainsi expliqué, « Quelle folie ? Afin de restaurer leur image, ils doivent considérer un retour en Formule 1. Ils travailleraient probablement avec Ferrari. » Si Alfa Romeo se remet au sport, ce sera uniquement en F1, a clamé l’intéressé.

Le châssis OK, mais quel moteur ?

Un mariage Alfa Romeo-Ferrari paraît le plus probable pour un tel projet un peu fou, qui nécessite de nombreux investissements financiers pour voir le jour. Mais Sergio Marchionne a d’autres ambitions pour Alfa Romeo. Il a déclaré, « Alfa Romeo est capable de construire son propre châssis, tout comme ils sont capables de construire leur propre moteur. » A priori, nous pouvons d’abord imaginer Ferrari motoriser la nouvelle écurie en attendant que cette dernière développe son propre bloc.

« Il est important que d’autres grands constructeurs entrent dans le sport »

En tout cas, Sergio Marchionne n’exclut rien et a même répondu à ceux qui imaginent mal une alliance Alfa Romeo-Ferrari en regard de la décision de ne pas fournir de moteur à Red Bull, « Les gens ont du mal à imaginer Red Bull travailler avec Ferrari ! Je dis ça parce que les gens me critiquent parce que je n’ai pas donné de moteur. Je suis d’accord avec ceux qui disent que Red Bull est sévère avec ses fournisseurs, mais, finalement, la vie continue. Il est important que d’autres grands constructeurs entrent dans le sport. » Et si Ferrari avait besoin d’Alfa Romeo pour lutter contre l’hégémonie grandissante de Mercedes ?