Une future Ferrari Dino à moteur V6 turbo ?

Voir le site Automoto

The Pinnacle Portfolio Vente RM Sotheby's Monterey 2015 24
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-06-05T09:32:50.551Z, mis à jour 2015-06-05T10:11:22.112Z

Le PDG de Fiat Chrysler, Sergio Marchionne, a évoqué un retour de la Dino chez Ferrari, un sportive "de 500 chevaux" via un probable moteur V6 turbo pouvant remplacer l'actuelle California T.

Le clan des voitures de sport entre 100 et 200.000 euros est aujourd’hui en plein essor. Face aux plus abouties Porsche 911, Jaguar propose une F-Type R séduisante, Mercedes-Benz a décidé récemment de jeter son supercar SLS AMG pour la plus abordable mais tout aussi performante AMG GT, McLaren a ouvert sa gamme avec les 540C/570S, Audi monte en gamme avec une R8 plus puissante, tandis que Maserati planifie son Alfieri pour 2016 et Aston Martin planche sur le renouvellement de sa Vantage.

La future Dino pourrait remplacer la California T

Une future Dino de 500 ch ?

Face à ce débordement de modèles, Ferrari y voit une opportunité via Sergio Marchionne, le PDG du groupe qui le possède, Fiat Chrysler Automobiles. Le dirigeant italien s’est exprimé dans les colonnes du média britannique Autocar, en évoquant un retour du blason Dino, et qu’il n’était « pas question de si mais quand ».

« Nous produirons probablement une Ferrari de 500 chevaux, mais elle ne sera pas une Ferrari à bas prix » a ajouté Sergio Marchionne, « la marque est unique et a besoin d’être protégée. Je préférerais produire 500 voitures de moins que la demande du marché que 500 de plus. Nous ne devons pas faillir avec les attentes des clients de Ferrari, étant une marque exclusive. »

Avec un V6 turbo ?

Avec comme premières caractéristiques Ferrari, Dino et 500 chevaux, la solution la plus évidente serait d’utiliser le 6 cylindres en V 3,0 litres développé par le Cheval Cabré pour les Maserati Ghibli et Quattroporte. Produisant aujourd’hui jusqu’à 410 chevaux et sachant le potentiel de la firme de Maranello, le moteur pourrait atteindre aisément le chiffre évoqué par Marchionne.

Avec un poids espéré largement en deçà des 1.730 kg de la California T, la future Dino aurait le pedigree pour remplacer le coupé-cabriolet à l’horizon 2018-2019. Pour rappel, la California utilise le 3,9 litres V8 biturbo de 560 chevaux, envoyant le 0-100 km/h en 3,6 secondes et dépassant les 315 km/h.

Quant au prix, il serait équivalent voire très légèrement inférieur à l’actuelle entrée de gamme, soit à environ 180.000 euros.

Qui est Dino ?

Ce nom est celui du fils unique d’Enzo Ferrari, mort en 1956 à seulement 24 ans. Dino a été à l’origine – pour les voitures de route - un prototype présenté au Salon de Paris de 1965, et produite à partir de 1967 sous le nom 206 GT en 150 exemplaires avec moteur 2,0 litres V6 165 ch (première Ferrari sans V12, sacrilège !), puis en 1969 en version 246 GT à 3.761 unités dont 1.274 GTS (cabriolet), avec moteur 2,4 litres V6 195 ch.

Des prototypes de course 196 S (1958), 166 P (1965) avec V6 1,6 litre, 206 SP (1965), 206 S (1966) ont été également construits, ainsi que la Formule 2 Dino 166 (1967-8) ayant obligé Ferrari à partager les moteurs V6 avec les coupé et spider Fiat éponymes, fabriqués à 7.651 exemplaires.

Et pour dire à quel point la Dino a été aimée des puristes Ferrari malgré son petit moteur, un exemplaire de Dino 246 GT figure, parmi 250 LM, F40 LM, 250 GT California Spider et 365 GTB Daytona dans la collection « Pinnacle Portfolio » en vente aux prochaines enchères de Monterey en août prochain.