Une future petite Lamborghini face aux McLaren 540C et Ferrari Dino ?

Voir le site Automoto

Lamborghini Aventador S 2017 Circuit Valence
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2017-01-29T11:56:56.502Z, mis à jour 2017-01-29T11:56:58.179Z

Stefano Domenicali, patron de Lamborghini, n’a pas exclu la possibilité qu’un quatrième modèle, compact, vienne élargir la gamme de la marque. Mais elle reste liée à une condition majeure.

Une compacte de Sant'Agata Bolognese va-t-elle venir jouer des coudes avec les McLaren 540C et Ferrari Dino ?


Chez Lamborghini, toutes les attentes entourent l’arrivée de l’Urus. Le SUV est programmé pour installer une nouvelle dynamique au sein de la firme italienne. Mais depuis l’arrivée de Stefano Domenicali à la tête du « Raging Bull », le champ des possibles semble plus large. Et la naissance d’un quatrième modèle, plus petit, n’est plus à exclure.

Une plateforme modulaire pour dénouer la situation

Mais le trou qui éloigne le « vouloir » et le « pouvoir » est gigantesque, et à Sant'Agata Bolognese, il serait être à poussière en cas de mise au point d’une plateforme modulaire, sur laquelle les quatre modèles (Aventador, Huracan, Urus et la compacte) pourraient être basés. « Nous devons aussi nous assurer que le SUV sera suffisamment stable avant de penser à un quatrième véhicule », a confié le dirigeant italien aux journalistes de Motoring, après avoué que le développement d’une compacte était possible avec une plateforme commune.


Lamborghini Urus Concept

La mise au point d’une telle plateforme est compliquée, notamment parce que les deux modèles stars actuels de la marque, l’Aventador et l’Huracan, ne partagent pas beaucoup de points communs. Mais elle est nécessaire, puisqu’elle réduirait de façon considérable les coûts de développement et de production. 

Pas avant 2022

« C’est effectivement la meilleure approche, et nous devons y penser pour l’avenir. Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir deux modèles, avec deux unités de puissance, deux boîtes de vitesses, deux châssis, et autant d’éléments différents. Ce n’est pas viable » a confié Domenicali à Motoring.

Elle permettrait aussi à la marque de s’émanciper de ses voisins du groupe Volkswagen, l’Huracan partageant sa base avec l’Audi R8. Reste à se pencher plus sérieusement sur le sujet. Pour le boss de Lamborghini, une telle révolution n’aura « certainement pas lieu avant 2022 ». Patience.