Vainqueur des 24 Heures du Mans 1966, Chris Amon est décédé à l'âge de 73 ans

Voir le site Automoto

Anefo 924 6566 Chris Amon 16 06 1971
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-08-06T12:43:48.086Z, mis à jour 2016-08-06T12:46:10.650Z

Ancien pilote de Formule 1 et de courses d'endurance, le Néo-Zélandais, qui a triomphé au Mans en 1966 avec Ford, est décédé le mercredi 3 août 2016 des suites d'un cancer et à l'âge de 73 ans.

Le monde du sport automobile est de nouveau endeuillé. Moins d'un mois après la mort de Carl Haas, véritable monument outre-Atlantique, à l'âge de 86 ans, Chris Amon est décédé le 3 août 2016 en Nouvelle-Zélande des suites d'un cancer. Il était âgé de 73 ans.

Grand Format : Les Français des 24 Heures du Mans 2016


Dans la légende des 24 Heures du Mans

A l'instar de certains de ses pairs, Chris Amon s'est illustré dans plusieurs catégories, à commencer par la Formule 1. Malheureusement pour lui, il ne s'est jamais imposé dans la catégorie reine du sport automobile en 14 saisons disputées (1963-1976), dont trois ans chez Ferrari. Ses cinq pole positions et 11 podiums témoignent malgré tout d'un certain talent qu'il a su convertir en victoires lors des courses d'endurance. Son principal fait d'armes reste ce remarquable succès lors des 24 Heures du Mans 1966, année du retentissant triplé Ford, et il serait regrettable d'oublier ses autres conquêtes lors des 24 Heures de Daytona et des 1.000 km de Monza en 1967.


L'hommage poignant de Ron Dennis

Si la disparition de l'ancien pilote néo-zélandais est une nouvelle page de l'histoire du sport automobile qui se tourne, elle a également donné lieu à des hommages retentissants, dont celui de Ron Dennis, pourtant patron de McLaren. « Chris a pris le départ de 96 Grands Prix mais il n'en a remporté aucun et on peut dire qu'il est le plus grand pilote à ne jamais avoir gagné de course au plus haut niveau. Il est passé près de la victoire plusieurs fois mais il a toujours semblé manquer de chance avant de voir le drapeau à damiers (…) Il s'est malgré tout imposé au Mans, dans une Ford 7,0 litres, il y a exactement 50 ans, avec son copilote, ami et compatriote Bruce McLaren, dont le nom honore toujours l'équipe à laquelle j'ai dédié ma vie professionnelle ».


Tout est dit.

Ford GT : retour aux 24H du Mans 2016