Vers une pénurie d'essence ?

Vers une pénurie d'essence ?
Les stocks de carburants sont menacés sur le territoire français suite à l'arrêt des raffineries de Total qui a débuté vendredi. Les salariés ont voté la veille en faveur d'une grève illimitée.

Un mouvement à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-CFDT-Sud touche depuis mercredi matin les raffineries Total situées un peu partout en France à Gonfreville-L'Orcher (Seine-Maritime) et Grandpuits (Seine-et-Marne) entre autres.

Pourquoi une grève ?
Selon la direction de Total, le mouvement a été suivi, jeudi, au même niveau que mercredi, où 70 à 80% du personnel posté ont cessé le travail. Sept dépôts sur 31 sont touchés vendredi, ce qui peut compliquer l'approvisionnement dans certaines régions, notamment en Rhône-Alpes. Les grévistes soutiennent leurs collègues du site de raffinage de Dunkerque, dont le site serait menacé de fermeture définitive.

Pas de risque de pénurie selon l'Ufip
D'après l'Union française des industries pétrolières (Ufip), les stocks de carburants représentent entre 10 et 20 jours de consommation. Il faut «que les automobilistes aient un comportement normal, ils trouveront du carburant sur la route».

En pleine période de vacances
Total assure environ la moitié de l'approvisionnement des stations-service françaises et de nombreux automobilistes devraient prendre la route vendredi. Les vacances d'hiver ont déjà commencé pour la zone A depuis une semaine, s'achèvent ce week-end pour la zone B et débutent ce soir pour la zone C.

Selon certaines informations, la grève pourrait menacer d'autres sites français dont ceux d'ExxonMobil.


News associées