Volkswagen : Bosch aurait fourni le logiciel au cœur du scandale

Voir le site Automoto

Volkswagen
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-09-27T07:35:48.997Z, mis à jour 2015-09-27T17:12:00.835Z

Selon le journal allemand Bild, l'équipementier automobile Bosch aurait fourni en 2007 à Volkswagen le logiciel qui a permis au constructeur allemand de tricher aux tests anti-pollution.

Les révélations sur ce que les médias et le grand public appellent « le scandale Volkswagen » se poursuivent. Après avoir essuyé les foudres d'autres pays comme la Suisse, l'Inde ou l'Australie, le constructeur allemand est une nouvelle fois au cœur de l'actualité ce dimanche 27 septembre... tout comme l'entreprise germanique Bosch

Scandale Volkswagen : les excuses de l'ex-PDG Martin Winterkorn

Bosch avait mis en garde Volkswagen

Selon nos confrères de Bild, l'équipementier automobile de Gerlingen aurait fourni en 2007 le logiciel qui fait tant parler depuis une semaine. Mais la société teutonne aurait prévenu que ce système était « prévu uniquement pour des test internes et non pour la conduite normale », spécifiant même à Volkswagen que son installation sur les véhicules était « illégale » (document à l'appui). Toujours selon le journal allemand, le constructeur de Wolfsburg avait implanté en 2007 ledit logiciel sur les moteurs diesel afin de truquer les résultats des tests antipollution. Interrogé par nos confrères germaniques, un porte-parole de Bosch a préféré botter en touche, indiquant que « dans le cadre cadre des relations commerciales avec Volkswagen, nous sommes tenus à la confidentialité »


Volkswagen continue de s'enfoncer

Pour rappel, l'équipementier Bosch avait reconnu mardi dernier avoir fourni à Volkswagen des systèmes d’injection à rampe commune destinés à équiper les moteurs diesel des voitures au cœur du scandale. Dans la tourmente depuis une semaine, le constructeur allemand a reconnu avoir faussé les tests anti-pollution de quelque 11 millions de ses véhicules. Les Unes consacrées à l’évènement ont été violentes à l’encontre avec « Volkswagen a ruiné le made in Germany » pour Die Welt ou encore « le scandale VW » pour le Süddeutsche Zeitung pour n’en citer que deux. 


Ce scandale a en tout cas coûté sa place à Martin Winterkorn, PDG du groupe depuis 2007, qui a été remplacé par Matthias Müller, le patron de Porsche. Une assemblée générale extraordinaire a d'ailleurs été convoquée le 9 novembre prochain pour valider toutes les décisions capitales prises par le groupe pour faire face à ce séisme qui n'a pas fini de faire trembler le monde de l'automobile.

Essai vidéo : La Volkswagen Passat enclenche la 8e