Volkswagen s'offre Porsche

Voir le site Automoto

Porsche Boxster 2012
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-07-05T09:21:00.000Z, mis à jour 2012-07-05T12:30:11.000Z

Le groupe Volkswagen s'offre sa onzième marque. pas n'importe laquelle, s'agissant des voitures sportives Porsche, dont il rachète la moitié manquante. Et dire que l'on est passé près de l'inverse il y a 4 ans !

Conclue "le 1er août", la transaction du rachat des 50,1% restants de Porsche devrait atteindre 4,46 milliards d'euros.

Fusion au sommet


Les synergies étaient déjà très fortes entre les deux constructeurs ces dernières années. Cela commençait par des plates-formes partagées, moteurs, et des tentatives de rachats de part et d'autre. Annoncé mercredi soir, l'engloutissement total du géant allemand sur le sportif a été officialisé, pour une finalisation "attendue au 1er août 2012", créant l'Integrated Automotive Group, alors que l'horizon était au maximum de 2014.



Échanges et indépendance


Le coût du rachat des 50,1% manquant a été communiqué "à environ 4,46 milliard d'euros", dont 2 milliards recouvriront les dettes vis-à-vis des banques. Les synergies seront ainsi meilleures entre les deux entités (estimées à 320 millions d'euros), améliorant les relations VW-Porsche., tandis que le second gardera 32,2% de parts dans le premier, et surtout son indépendance au sein de l'énorme groupe Volkswagen comptant aujour'hui 11 marques.



Yo-yo entre VW et Porsche


Il y a 25 ans, Porsche luttait pour son indépendance, et pire, pour sa survie, n'ayant que sa légendaire 911 à proposer. En 2008, après le regain des finances, le constructeur tentait l'impossible, voulant augmenter sa part dans Volkswagen de 42 à 75%. Mais les dettes de 10 milliards d'euros dues en partie à la crise, découverte tardivement, ont conduit ensuite à une fusion programmé entre les deux entreprises. De nouvelles contestations d'investisseurs ont eu raison de ce projet, laissant au mieux sur une prise de 49,9% de Porsche SE par Volkswagen AG.



Porsche, une affaire qui marche


Depuis le lancement des berline Panamera et SUV Cayenne, le constructeur de sportives s'est offert des bénéfices records. Avec des ventes constamment en progression, encore de 22% en 2011, Porsche a enregistré 1,46 milliard d'euros net, soit une rentabilité encore plus forte que son nouveau propriétaire, bien qu'en baisse. De quoi verser plus de 8.000 euros à ses collaborateurs, et en embaucher 725 nouveau au premier trimestre 2012.



Cette année, Porsche vise 140.000 unités et de nouveaux bénéfices records, et on ne voit pas comment arrêter la machine infernale VW avec cette nouvelle acquisition.