Volvo : Des carsh-test pour les véhicules électriques

Volvo : Des carsh-test pour les véhicules électriques
Volvo est l'un des constructeurs les plus pointilleux concernant la sécurité de ses véhicules. Et quand il s'agit de véhicules électriques, le constrcuteur ne lésine pas sur les moyens !

Volvo a souvent montré l'exemple en matière de sécurité automobile. On se souvient ainsi par exemple de l'invention de la ceinture à sécurité à trois points, de la colonne de direction déformable, de l'ABS, des sièges anti-coup du lapin ou plus récemment du City Safety (système anticollision dans les bouchons) introduit sur la XC60.

Aucun risque ne sera pris
Aujourd'hui le constructeur suédois conjugue recherches en matière de véhicules électriques et sécurité. A moyen terme, Volvo prévoit en effet de commercialiser une Volvo C30 100 % électrique, laquelle partagera du reste sa technologie avec la Ford Focus BEV. Et hors de question que de nouveaux risques apparaissent pour l'usager.

Des tests, toujours des tests
Concrètement, les tests de sécurité se déroulent en plusieurs étapes. Primo, les composants séparés. Secundo, les systèmes complets. Enfin, les voitures entièrement assemblées et cela tant virtuellement, sur ordinateur, que physiquement, au sein du centre de crash-test Volvo.

Avant et après l'impact
Le choix de l'emplacement de la batterie a son importance. Sur les prototypes, celle-ci est logée entre les arches de roues arrière (voir photo) et donc séparée des zones à déformation programmée. Le but est bien sûr d'assurer son intégrité. Un système de surveillance veille sur chaque cellule de la batterie pour éviter toute surchauffe, résolue le cas échéant par l'intervention d'un coupe-circuit.

Un coupe-circuit comme rempart
Ce coupe-circuit fonctionne comme une mise à la terre domestique : il coupe et isole la batterie si le courant ne passe pas dans la bonne direction. Enfin, en cas de choc et de dégagements de fumée, un système de ventilation se charge de les évacuer sous le véhicule.

Le poid remet tout en question
Signalons évidemment que le constructeur suédois n'oublie pas de prendre en compte la hausse de poids inhérente aux batteries. Un freinage adapté et optimisé s'impose donc comme un autre volet de la recherche, aux côtés du système antipatinage et de stabilisation Volvo DSTC (Dynamic Stability and Traction Control).


News associées