Dans l'actualité récente

Volvo XC60 : le mini-XC90 prêt pour le combat

Voir le site Automoto

Volvo XC60 : un XC90 en réduction
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-10-21T08:02:00.000Z, mis à jour 2008-10-21T08:02:00.000Z

Volvo s'attaque à un marché où se dispute déjà le BMW X3 et le Mercedes GLK, celui des SUV compacts premium. Le XC60 entre dans l'arène et vient bousculer la concurrence.

Un style plus dynamique que baroudeur

Le nouveau Volvo XC60 se distingue par son design résolument moderne, qui donne en passant un petit coup de vieux au reste de la gamme du constructeur suédois. La face avant intègre une calandre massive, barrée comme à l'accoutumé du badge de la marque, ainsi que deux feux de position verticaux. En guise de costume de baroudeur, le SUV suédois adopte des soubassements spécifiques et des protections en plastique noir à la base des boucliers et des bas de caisse. L'arrière, plus incliné que celui de son grand frère XC90, achève un profil plus dynamique qu'aventurier. L'intérieur se veut lui dans la pure tradition Volvo, comme en témoigne la console centrale flottante rassemblant toutes les commandes liées au confort. L'écran GPS demeure désormais fixe sous une casquette, s'affranchissant ainsi d'une machinerie dédiée à son escamotage.

La fibre verte, mais pas trop

Au lancement, Volvo a prévu trois motorisations dont deux diesel 2.4 D et D5, développant respectivement 163 et 185 ch. En essence, le XC60 disposera d'un 6 cylindres T6 de 285 ch, couplé exclusivement à une boite automatique à 6 rapports. La transmission intégrale de type Haldex, répartit automatiquement le couple sur les 4 roues suivant les conditions d'adhérence. Notez que toutes les versions du XC60 sont pénalisées par des malus écologiques : 750 euros en diesel à boite mécanique (199 g/km de CO2) et 1 600 euros en automatique (219 g/km de CO2), la variante essence T6 s'adjugeant un malus maximal de 2 600 euros (284 g/km de CO2). Toutefois, Volvo proposera une version deux roues motrices DRIVe équipée du 2.4 D, certes moins polluante avec 170 g/km de CO2 rejetés, mais qui pour autant n'abaissera pas son malus. Son utilité sera donc avant tout d’ordre écologique, à défaut d’offrir un avantage financier à l’achat.