Watch Dogs 2 : Un jeu toujours plus fun avec une conduite améliorée

Voir le site Automoto

Watch dogs 2 1
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2016-11-28T16:19:53.524Z, mis à jour 2016-11-28T16:28:19.035Z

Deux ans après la sortie de Watch Dogs, Ubisoft est de retour avec un épisode plus décalé que jamais. Critiqué notamment pour une conduite hasardeuse, l’éditeur du jeu vidéo a mis les petits plats dans les grands pour revoir son système de pilotage. Alors, convaincant ?

Souvenez-vous. Il y a deux ans, Watch Dogs débarquait sur les consoles nouvelle génération, rempli de promesses. Après des trailers époustouflants, le jeu avait déçu notamment en raison d‘un downgrade graphique impressionnant et d’une conduite bien loin d’être réaliste. Satisfait des chiffres de vente, Ubisoft a décidé d’offrir une suite à sa licence en open world. Si l’éditeur a gardé les points forts du jeu – la possibilité de hacker quasiment tous les éléments de la ville et une ambiance très immersive – quasiment tout a changé ici. Exit Chicago et Aiden Pearce, bonjour San Francisco et Marcus Holloway. La ville délaisse l’ambiance sombre et trop sérieuse du premier opus. Ici, place à la dérision et au second degré. Un pari gagnant pour Ubisoft, qui a notamment su retravailler son système de conduite.

Watch Dogs 2, c’est quoi ?

Sorti le 15 novembre sur PC, PS4 et Xbox One, Watch Dogs 2 vous met aux mains de Marcus Holloway, un jeune hackeur membre de DedSec, un groupe d’activistes bien décidé à combattre Blume. Cette entreprise a créé un programme – ctOS – visant à connecter les données de San Francisco. Assez rapidement, on se rend compte que Blume s’en sert également pour surveiller la population, notamment via les smartphones, et récupérer des datas afin de les revendre aux sociétés les plus offrantes. Accusé à tort par cette compagnie, Marcus se lance alors dans une lutte effrénée contre ce système intrusif.

Contrairement au premier opus, l’ambiance de Watch Dogs 2 est beaucoup plus décalée, légère et remplie d’humour. Les différents membres du collectif DedSec, tous plus barrés les uns que les autres, n’hésiteront pas à enchainer les blagues graveleuses et autres facéties rocambolesques. Dans l’ère du temps, le jeu multiplie les références à la pop culture, critiquant au passage geeks et autres hipsters, sans jamais tomber dans une satire de la société.

Une conduite remaniée mais pas encore optimale

Critiqué pour la conduite du premier opus, Ubisoft a quelque peu rectifié le tir pour Watch Dogs 2. Si elle ne convainc pas totalement, elle garde son côté arcade agrémenté de quelques correctifs. La prise en main des véhicules est plus souple mais les collisions demeurent improbables. Si les voitures subissent des dégâts au fil des chocs avec les éléments du décor, il faudra un accrochage d’une grande violence pour être propulsé de son deux-roues. Le freinage est quant à lui inégal, avec des voitures qui répondent au centième de seconde et d’autres beaucoup plus tardivement. Au rayon des bons points, notons l’estompement de l’effet de flou à vitesse modérée, l’impression de vitesse convaincante et des sons moteurs diversifiés. Si elle est anecdotique, la vue intérieure peut être appréciable pour les amateurs du genre. N’attendez cependant pas autant de détails qu’un Forza Horizon 3.


n1Ains

Des véhicules en veux-tu en voilà

Ubisoft a mis les petits plats dans les grands et a doté Watch Dogs 2 d’une cinquantaine de véhicules. Les quatre-roues sont répartis en cinq catégories : grosses cylindrées, sportives, tout-terrain, bolides et standard, qui comprend bus, deux places, combis et autres camions. Le jeu comprend également différents types de deux roues, allant des scooters aux choppers en passant par les quads. Pour mettre la main sur ces véhicules, vous pourrez pirater ceux garés dans la rue, les voler aux citoyens de la ville ou tout simplement les acheter à un concessionnaire. Tous les véhicules acquis de cette façon pourront être commandés n’importe quand et de façon illimitée via une application du smartphone de Marcus. En parcourant les menus de celle-ci, vous pourrez également choisir la peinture de votre véhicule.

Des courses en tous genres

Avec sa quête principale et ses missions secondaires, Watch Dogs 2 regorge d’activités. Entre deux missions, vous pourrez par exemple jouer les taxis façon Uber ou participer à une multitude de courses. A bord d’un bateau, aux commandes d’un drone ou d’une voiture, vous devrez battre le chrono ou plusieurs adversaires. Les courses de motos sont particulièrement intéressantes, avec des ruées vers le centre-ville ou des balades chronométrées aux abords de la baie de San Francisco. Pour accroître l’immersion, Ubisoft a développé plusieurs radios, comme Bay City Pop KBY-FM, Centuries KCE pour les amateurs de musique classique ou Radio Bay Nation KBNT pour les férus de rap hip hop. Certains artistes mondialement connus comme Major Lazer sont de la partie.


Watch Dogs 2

Un San Francisco plein de vie

A bord de ces différents bolides, vous pourrez arpenter les rues d’un San Francisco plus vrai que nature, fourmillant de vie et d’activités en tous genres. Si le trafic routier n’est pas aussi développé qu’un GTA, la population est assez dense. Les citoyens ne manquent jamais d’animation pour donner vie à la ville. Vous pourrez ainsi tomber sur des musiciens au détour d’un parc, sur une bagarre interrompu par les forces de l’ordre ou sur deux chiens en train de… copuler. Pour découvrir la ville sous toutes ses formes, vous pourrez même l’arpenter avec votre Drone, un engin volant offrant au joueur une approche tactique du terrain innovante. Vous pourrez aussi piloter le Jumper, sorte de petite voiture téléguidée capable de se glisser dans les moindres recoins et d’interagir avec l’environnement. Bref, autant de possibilités pour appréhender votre quête principale sous différents angles.

Frais et innovant, Watch Dogs 2 gomme les principaux défauts du premier opus pour proposer une campagne décalée et un univers immersif à souhait. Soucieux de répondre aux exigences des amateurs de courses, Ubisoft a remanié la conduite des différents véhicules mis à disposition. Si le résultat n’est pas exceptionnel, il demeure satisfaisant.

Notre verdict : 16/20