Dans l'actualité récente

WEC - 24H du Mans 2016 : Toyota a "le cœur brisé"

Voir le site Automoto

Kazuki Nakajima (Toyota)
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-06-19T16:27:48.448Z, mis à jour 2016-06-19T16:29:16.467Z

Auteur d'une course splendide, Toyota a malheureusement été battu sur le fil par Porsche, la faute à un incroyable problème mécanique sur sa voiture n°5 avant l'entame du dernier tour.

« Tant que la ligne d'arrivée n'est pas franchie, la course n'est pas terminée ». Un dicton vieux comme le monde qui a trouvé sa pleine application ce dimanche après lors de la 84e édition des 24 Heures du Mans. En tête à l'amorce du dernier tour, Toyota a tout perdu, la faute à une terrible défaillance mécanique sur son prototype T050, laissant ainsi la victoire à Porsche. Une profonde tristesse pour le constructeur nippon qui a « le cœur brisé » après cette course sur le tracé sarthois.


Sarrazin : « Je pensais qu'il m'attendait »

« Le dernier tour était sans fin, c'est juste difficile de le décrire avec des mots, a raconté Rob Leupen, directeur de Toyota Motorsport à nos confrères de Motorsport.com. Soudainement, nous avons eu l'information selon laquelle Kazuki Nakajima manquait de puissance dans la voiture. Son ingénieur et le muret ont réagi mais ils ne voyaient rien sur les données à ce moment-là. » Une incompréhension partagée par Stéphane Sarrazin, qui terminait la course à bord de la TS050 n°6. « Je pensais qu'il m'attendait avant les Porsche, donc je me suis mis derrière lui. Mais à la radio, on m'a dit qu'il avait un problème et qu'il fallait que je le double (…) C'est triste, les deux voitures étaient rapides et nous nous sommes battus avec la Porsche n°2 (…) C'est comme ça. C'est la course et c'est Le Mans. Tant que l'on n'a pas passé la ligne d'arrivée, on n'a pas gagné ».


Jani : « C'était surréaliste »

Du côté des vainqueurs, la stupéfaction est également de mise. « Ils ont dit 'encore deux tours, pousse, pousse, on peut peut-être le rattraper. Après, j'ai vu la Toyota arrêtée dans la ligne droite. C'était surréaliste. Je n'avais presque pas d'émotions à ce moment-là, j'avais du mal à y croire, a raconté Neel Jani, vainqueur à bord de la 919 Hybdrid n°2. Quelque chose comme ça arrive une fois en de nombreuses années. C'était une course très, très serrée pendant laquelle nous avons poussé à chaque tour. Jusqu'à la fin, j'étais à fond, comme en qualifications ! ».


Si le constructeur Toyota a donc perdu la bataille du Mans, il a gagné le respect de tout le paddock et du grand public comme en témoignent les nombreux messages d'affection sur les réseaux sociaux. Une bien maigre consolation.