Dans l'actualité récente

WEC – 6 Heures de Spa 2016 : l’Audi n°8 seule véritable rescapée

Voir le site Automoto

Audi R18 6H Spa WEC 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-05-09T13:53:29.139Z, mis à jour 2016-05-09T14:01:35.968Z

Dans une hécatombe mécanique, l’Audi R18 n°8 a tiré son épingle du jeu de la fiabilité en prenant sa première victoire de la saison, devant la Porsche n°2 et… une Rebellion s’immisçant sur le podium !

Malgré les 1.000 chevaux déployés par les fantastiques machines LMP1 du championnat du monde d’endurance, la seconde course 2016 s’est résumée à une épreuve de fiabilité…

La fiabilité, plus que la performance

L’Audi R18 n°8 s’est sans doute sentie seule à l’arrivée de ces 6 Heures de Spa-Francorchamps. En effet, c’est le seul prototype de la catégorie reine à être passée sous le drapeau à damiers sans encombre, à l’exception d’un léger souci de télémétrie.

Derrière le trio Luca di Grassi, Loïc Duval et Oliver Jarvis, la Porsche 919 n°2 a justement perdu la dimension « Hybrid » de son nom, et ce dès le début de la cours. Amputée mécaniquement dès la première heure, la voiture et son trio Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb ont poursuivi, et pour quel résultat, une seconde place inespérée avec 2 tours de retard ! Encore plus inespéré, c’est une Rebellion, la n°13, qui a brigué la petite marche du podium, avec 4 tours de retard.


Car derrière, l’Audi R18 n°7 termine cinquième à 5 tours, ayant connu une collision avec une Alpine, un tête-à-queue dans la dernière heure, sans oublier quelques soucis de températures ou de sous-virage. La seconde Porsche, la n°1, est exilée à la 27ème position à la suite d’une double crevaison et d’un problème de boîte en début d’épreuve. 

Quant aux Toyota, c’est le cauchemar, la n°5 étant 26ème, avec un moteur thermique ayant lâché pour réaliser les deux dernières heures en électrique seulement, la n°6 finissant 32ème, abandonnant après un souci d’électronique, conjugué à un accident et une fuite d’huile.



Autres catégories

En LMP2, victoire d’Alpine sur le proto A460 à moteur Nissan n°36, mené par Gustavo Menezes, Stéphane Richelmi et le Français Nicolas Lapierre ayant dépassé la la Ligier-Nissan n°31 à 5 minutes de la fin, et devant et l’Oreca-Nissan n°45. En GTE, victoire de la Ferrari 488 n°71 de Davide Rigon et Sam Bird, face à la Ford GT n°67 et l’Aston Martin V8 Vantage n°97. A noter, la Ford GT n°66 a marqué le raidillon de l’Eau Rouge avec un accident spectaculaire, sans conséquence pour le pilote heureusement.