WEC : Audi et les 24 Heures du Mans, c'est bientôt fini ?

Voir le site Automoto

Audi - Lucas di Grassi - 24 Heures du Mans 2016
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-10-22T09:29:49.745Z, mis à jour 2016-10-22T10:22:58.596Z

Selon les informations rapportées par nos confrères d'Autocar et d'Auto Motor und Sport, la firme aux Anneaux pourrait quitter l'Endurance d'ici la fin de l'année 2017, notamment pour des raisons de coûts trop élevés.

En difficulté depuis deux saisons en Endurance face à  Porsche et Toyota qui se disputent régulièrement la victoire, Audi pourrait mettre fin à son aventure en WEC et aux 24 Heures du Mans fin 2017 d'après certaines indiscrétions venus d'Allemagne et de Grande-Bretagne.

24 Heures du Mans : le résumé de la dernière victoire d’Audi en 2014


Rivalité entre Audi et Porsche ?

Selon les sites Auto Motor und Sport et Autocar, plusieurs raisons peuvent expliquer cet eventuel retrait de l'Endurance et de la mythique épreuve sarthoise,à commencer par le fait que la firme germanique et Porsche sont des marques faisant partie du groupe Volkswagen. Mais c'est l'ADN de la course automobile qui veut ça : il y a un gagnant et un perdant à chaque fois et l'un des deux constructeurs de l'entité teutonne subit obligatoirement l'impact négatif d'une défaite, notamment au sur le plan médiatique. Trop selon les dirigeants de VW. Et force est de constater que ces dernières années, Zuffenhausen a clairement pris le dessus sur Ingolstadt.


Une discipline devenue trop couteuse ? 

Par ailleurs, toujours selon nos confrères allemands et britanniques, l'évolution de la réglementation pour 2018 avec une nouvelle forme d'hybridation ne serait pas appréciée par le groupe Volkswagen puisqu'il engendrerait des coûts supplémentaires à l'heure où le « Dieselgate » fait encore encore des dommages, notamment au niveau financier. Dans la continuité de cet argument, Audi aimerait également ne plus communiquer sur le diesel et se concentrer sur ses motorisations essence. Problème : la marque qui a gagné 13 fois les 24 Heures du Mans depuis son arrivée dans la Sarthe en 1999 fait la part belle aux voitures hybrides diesel depuis l'introduction de sa R10 en 2006.

Plein Phare : Faut-il encore acheter une voiture diesel ?


Ulrich est « un vieil optimiste »

Interrogé sur le sujet après les 6 Heures de Fuji (Japon) où le prototype n°8 (avec à son bord Lucas di Grassi, Loïc Duval et Olivier Jarvis) est arrivé deuxième de l'épreuve, le docteur Wolfgang Ulrich, le grand patron de la branche sportive des Anneaux, a démenti – en partie – les rumeurs. « J'espère qu'ils ont tort. Nous avons lu tant de rumeurs au cours des dernières années... Le point positif est que dans la majorité des cas, les effets négatifs ne se produisent pas. Je suis un vieil optimiste et je suis impatient de voir l'avenir », a-t-il notamment déclaré.

Avant de conclure : « Nous allons voir de quelle façon nous allons organiser notre programme compétition, ce qui est le cas chaque année à l'automne. La réunion avec les différents conseils d'administration n'a pas encore eu lieu. Donc rien n'a été décidé quant à l'avenir ».

Grand Format : Les Français des 24 Heures du Mans 2016