Dans l'actualité récente

Endurance - WEC : Porsche sacré champion 2015

Voir le site Automoto

Porsche 919 et Audi R18 6H Shanghai WEC 2015
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2015-11-02T13:27:22.936Z, mis à jour 2015-11-02T13:30:10.665Z

Aux 6 Heures de Shanghai, le 1er novembre 2015, Porsche a remporté le titre de champion du monde d'endurance des constructeurs, à une manche de la fin de la saison.

Porsche est sur le toit du monde ! L’écurie allemande est sacrée « meilleur constructeur » du championnat du monde d’endurance, grâce à  un nouveau doublé lors des 6 Heures de Shanghai.


Un doublé pour terminer en beauté

Avec une victoire sur le circuit asiatique, le constructeur allemand empoche une 13è couronne, 29 ans après son dernier titre mondial en endurance. Malgré une course dangereuse, en raison de conditions pluvieuses, la septième manche de la WEC a réussi à Porsche, sans surprise. Comme à Austin et Fuji, les bolides allemands ont réalisé une course magistrale, loin devant leurs concurrents, sans trop de difficulté.

La Porsche 919 Hybrid n°17 de Bernhard-Hartley-Webber décroche une nouvelle victoire en s'imposant devant la Porsche 919 n°18 de Dumas-Lieb-Jani. L'Audi n°7 de Tréluyer-Fässler-Lotterer complète le trio de tête. Une manche avant la fin de la saison, l’équipe de Fritz Enzinger remporte un titre de champion du monde constructeur, à peine deux ans après leur retour en compétition.


Porsche3

Webber sera-t-il champion ?

La huitième et dernière manche, prévue dans deux semaines à Bahreïn, sera décisive pour le titre pilotes. Le graal est disputé par le trio de pointe de Porsche, Webber-Bernhard-Hartley, et celui d’Audi, Tréluyer-Fässler-Lotterer. Les pilotes de la marque aux anneaux ont deux fois remporté la victoire en début de saison, à Silverstone et Spa, puis sont montés sur tous les podiums de l’année.

De l’autre côté, l’équipage de l’Australien Mark Webber, ex-pilote de F1, vient d’enchaîner quatre victoires d’affilée et arrivera à Manama avec 12 points d’avance sur ses concurrents.


Une marge suffisante pour s’assurer le titre mondial pour Webber, et prouver à ses anciens collègues, Fernando Alonso et Sebastian Vettel, qu’il y a une vie après la F1.

Bonus : Le violent crash de Webber (Porsche) à Sao Paulo