WRC - Monte-Carlo 2013 : Loeb avait le "feeling"

Voir le site Automoto

Citroën DS3 WRC 2013 Loeb Monte Carlo
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-01-20T10:18:00.000Z, mis à jour 2013-01-20T11:03:42.000Z

Vainqueur pour la septième fois du Monte-Carlo, Sébastien Loeb a maîtrisé de bout en bout un rallye disputé dans des conditions difficiles.

Première course et première victoire pour le Français en 2013, la 77e de sa carrière. Loeb fait toujours régner la terreur en WRC.


"Ca ne pouvait pas mieux se passer"

En dominant de la tête et des épaules sur sa Citroën DS3 une épreuve qu'il a menée depuis le premier jour de course, le nonuple champion du monde, qui avait un temps rassuré en annonçant qu'il était là pour s'amuser, ne fait pas rire du tout ses adversaires. Lors de cette 81e édition du rallye de Monte-Carlo, il a tout simplement signé la moitié des temps scratch (8 sur 16). Une domination sans partage comme depuis tant d'années. « Ca ne pouvait pas beaucoup mieux se passer, alors qu'on a eu toutes les conditions possibles », a-t-il reconnu au sortir de la 16e et finalement dernière spéciale du rallye.


Deux spéciales annulées logiquement

La décision prise par les commissaires de l'Automobile Club de Monaco (ACM) d'annuler les deux dernières spéciales (ES17, ES18) ? Une décision en tout point logique selon l'Alsacien : « En ce qui me concerne, l'annulation ne me gêne pas car il n'y avait aucun plaisir à piloter dans de telles conditions (...) Il aurait été impossible d'accéder au départ pour le 3e passage, à cause de toutes les voitures garées sur des routes très étroites. Une nuit du Turini dans des conditions normales, les gens seraient restés, mais là c'était difficile, on passait à 30 km/h et ils étaient tous trempés ».


"On a bien maîtrisé le sujet"

Ce sont justement les conditions climatiques qui ont fait de ce rallye une course particulière

pour le Français. « Je n'avais jamais fait un Monte-Carlo dans de telles conditions hivernales, alors on était un peu dans le doute avant le départ. On se demandait si on allait réussir à rester sur la route. J'ai pu rouler à ma main et quand il fallait en rajouter, on était toujours capables de le faire. On a bien maîtrisé le sujet, a ajouté l'Alsacien. Finalement, le feeling était top, la voiture était impeccable, j'ai pu rouler à ma main et quand il fallait en rajouter, on était toujours capables de le faire, donc on a bien maîtrisé le sujet, ça ne pouvait pas être mieux. »


Vainqueur de la première course de la saison, le semi-retraité des rallye va pouvoir continuer à faire étalage de son talent en Suède le mois prochain.