WTCC : Yvan Muller va arrêter sa carrière à la fin de la saison 2016

Voir le site Automoto

Yvan Muller (Chevrolet) célèbre son quatrième titre mondial WTCC lors de la manche japonaise de Suzuka, le 22 septembre 2013
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-09-22T15:26:36.775Z, mis à jour 2016-09-22T15:26:39.914Z

Citroën a annoncé la fin de carrière en WTCC d’Yvan Muller, pour cette fin d'année 2016. Le quadruple champion du monde, pilote le plus titré en tourisme, a marqué la discipline de son empreinte.

Clap de fin pour Yvan Muller. Le quadruple champion du monde de FIA WTCC a décidé de se retirer de la discipline à la fin de la saison 2016 a annoncé, jeudi, son équipe Citroën. Outre ses quatre titres, Muller va achever son parcours en championnat de tourisme avec le plus beau palmarès de l’histoire de la discipline : 48 succès en course, 125 podiums et 29 pole positions. Son retrait du WTCC ne marque pas pour autant la fin de sa carrière.


 « Je ne suis pas certain que la fin d’une carrière soit une question d’âge. C’est plutôt une histoire d’envie et de motivation, a expliqué le pilote du Haut-Rhin dans un communiqué. Entre les essais, les séances de simulateur, l’entrainement physique et les voyages sur les courses, la saison d’un pilote professionnel nécessite une implication personnelle que je ne suis plus prêt à assumer.» 

Muller et Citroën : le pari inachevé

 Actuellement 2e ex-aequo du classement général de la saison 2016 avec Tiago Monteiro, Muller va disputer les deux dernières manches de la saison en Chine et au Qatar avec l’objectif de devenir vice-champion du monde pour la troisième fois de suite avec la marque au chevron. « Toute l’équipe Citroën Racing se sent fière d’avoir compté Yvan Muller parmi ses rangs. À chaque fois que nous nous impliquons dans un programme, nous cherchons à recruter les meilleurs pilotes. C’est pour cela que nous avons proposé à Yvan de nous rejoindre dès le début de notre implication en FIA WTCC, a de son côté expliqué Yves Matton, le directeur de Citroën Racing. Nous n’oublierons pas ce qu’il a pu nous apporter. En venant du rallye, nous avions tout à apprendre et il n’a jamais hésité à mettre son expérience au service de l’équipe. » 

 Muller va quand même partir sur une petite déception. Il n’aura pas réussi à être sacré champion du monde au volant de la Citroën C-Elysée, lancée il y a deux années avec succès. Deux fois vice-champion du monde en 2014 et 2015 derrière son coéquipier, l’intenable José Maria Lopez, Muller aura loupé de peu la possibilité d’entrer un peu plus dans l’histoire de la discipline. Sacré champion du monde avec Seat en 2008, deux années après ses débuts, avec Chevrolet en 2010 et 2011, le natif de Altkirch avait réussi le pari en 2013 de devenir le premier champion du monde de WTCC au volant d’une écurie privée avec RML. Pionnier, référence, homme à battre, Muller aura porté toutes les casquettes.


Muller : « Je ne me vois pas arrêter totalement de courir »

 « Au cours de ma carrière, j’ai vécu beaucoup de belles expériences. Ces trois saisons avec Citroën Racing garderont une place à part, même si j’aurai le regret de ne pas avoir été Champion avec cette équipe. Mais je resterai fier d’avoir participé à la construction de ce programme et d’avoir développé la Citroën C-Elysée WTCC. J’ai également fait de belles rencontres humaines, avec des gens passionnés par leur métier et par la compétition », a souligné Muller qui avait rejoint la marque chevron lors de la saison 2014 en même temps que José Maria Lopez et Sébastien Loeb.

 Agé de 47 ans, le Tricolore devrait consacrer les prochains mois à ses proches mais aussi à son écurie, la Ivan Muller Racing. « Le pilotage fait partie de mon quotidien depuis si longtemps que je ne me vois pas arrêter totalement de courir. Je vais cependant pouvoir consacrer plus de temps à ma famille et au développement de mon équipe. Mais avant cela, je vais jeter mes forces dans la bataille pour atteindre les objectifs de l’équipe. »