Il y a 80 ans, Mercedes atteignait la vitesse de folle de 372 km/h !

Voir le site Automoto

25017 D327506
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2016-10-26T16:58:15.473Z, mis à jour 2016-10-26T16:58:24.236Z

Le 26 octobre 1936, Mercedes établissait un nouveau record du monde de vitesse : 372 km/h. Retour sur un exploit historique.

C'est un anniversaire peu commun que fête Mercedes. Le 26 octobre 1936, il y a 80 ans jour pour jour, la firme de Stuttgart écrivait une page glorieuse de son histoire en battant le record du monde de vitesse. Automoto.fr vous replonge dans les coulisses de l'exploit.

[Grand Format : Le record de vitesse de Triumph]

Un record pour les 50 ans de Daimler-Benz

En 1934, un calendrier a été fixé pour battre le record du monde de vitesse. Ces records sont attribués par classes de cylindrée. Le but est bien évidemment de faire progresser l'industrie automobile mais aussi d'intéresser le public avec des exploits réguliers.

Et en 1936, année des Jeux olympiques de Berlin, Daimler-Benz fête déjà ses 50 ans ! A titre de comparaison, Auto Union avait seulement cinq années d'existence. Alors pour fêter dignement cet anniversaire, Daimler-Benz décide de s'attaquer au record du monde de vitesse dans la catégorie B avec des moteurs entre 5et 8 litres.

98127 D327507

Un V12 de 616 chevaux

La date est arrêtée au 26 octobre 1936 et Daimler-Benz décide d'utiliser l'autoroute de Francfort-Heidelberg (l'actuelle A5 allemande) pour sa tentative.

Le bolide, car c'est bien comme ça qu'il faut l'appeler, est basé sur le châssis de la Mercedes W25 et est équipé d'un moteur V12 suralimenté de 5,58 litres. Grâce au jeune designer Josef Müller, les roues sont carénées. C'est son expérience avec les dirigeables Zeppelin qui lui a permis de trouver cette idée.

Pour conduire ce monstre de puissance, Daimler-Benz fait appel à l'un des meilleurs pilotes de l'époque : Rudolf Caracciola. Il a notamment remporté en 1935 le championnat d'Europe des pilotes, ancêtre du championnat du monde de Formule 1.

372,102 km/h !

Le jour J, de nombreux journalistes sont présents sur les lieux. Ils ont tous reçu une invitation à ce que Daimler-Benz appelle un « test de pneus »…

Ils vont surtout assister à un record du monde. Rudolf Caracciola effectue d'abord plusieurs runs d'un kilomètre départ lancé et doit parcourir la distance dans les deux sens.

Lors du premier run, Caracciola atteint la vitesse moyenne de 364,38 km/h. Le vent de face endommage légèrement la carrosserie qui ne dispose que d'une petite entrée d'air sur la face avant !

Lors de son deuxième run, Caracciola améliore ses performances avec une vitesse moyenne de 366,69 km/h. Et c'est lors de la phase retour de ce second run que Caracciola atteint la vitesse folle de 372,102 km/h. C'est bien évidemment le nouveau record de sa catégorie.

Enfin, Caracciola se lance à l'assaut d'un dernier run de 5 km départ lancé. Il établit un record de 340,554 km/h, pulvérisant la précédente marque (312, 419 km/h).

A l'issue cette journée couronnée de succès, Caracciola estime qu'il faut encore améliorer la voiture. Il estime que le cockpit doit être intégralement fermé. Et le 11 novembre 1936, il s'attaque une nouvelle fois à des record, effectuant des tentatives sur 10 kilomètres puis sur 10 miles.

A la fin de l'automne 1936, Caracciola possède à son actif de nombreux record. Hormis ceux évoqués plus haut, citons également les suivants : 336,838 km/h sur le 5 miles départ lancé, 331,899 km/h sur le 10 km départ lancé, 333,489 km/h sur le 10 miles départ lancé !

[Grand Format : El Mirage, les fous de vitesse]