Dans l'actualité récente

Fabregas, l'étoile montante

Voir le site Championnat du monde de handball - France 2017

RTX2YU8U
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2017-01-24T16:34:31.067Z, mis à jour 2017-01-24T16:36:05.143Z

En six matchs, il a été élu deux fois homme du match, contre le Japon et l’Islande. À 20 ans, Ludovic Fabregas est déjà un roc et devra confirmer son beau tournoi face à la Suède (19h sur TF1 puis TMC).

Fort d'un physique impressionnant (1,98 m et ses 100 kg le posent là), le pivot montpelliérain se révèle à la face du monde.

Equipe de France : La relève des Bleus

Le Bleu du tournoi

5 but sur 6 tirs tentés, son seul échec échouant sur le poteau. Face à l'Islande, en huitième de finale (31-25), le pivot de Montpellier a été élu homme du match. C'est la deuxième fois que cela lui arrive lors de ce Mondial après sa prestation aboutie face au Japon (7 sur 7 aux tirs, 31-19). De fait, il est peut-être bien le meilleur Français depuis le début de la compétition. Le plus régulier, en tout cas, pour sûr. Une révélation pour la grande majorité du public français. Une simple confirmation pour ceux qui suivent depuis quelques années déjà sa trajectoire triomphante.

Dinart : "Il répond aux attentes"

Leader de la génération montante sacrée championne d'Europe 2014 et du monde en 2015 chez les jeunes, avec Melvyn Richardson (le fils du légendaire Jackson), Benoit Kounkoud ou encore Julien Meyer, l’ascension fulgurante du Montpelliérain (20 ans) était programmée : « C’est le joueur le plus utilisé, le plus efficace, il a une vraie montée en puissance. Mais on n’espérait pas moins de lui, il répond aux attentes. Ça fait un an qu’on le prépare. Quand il est arrivé en équipe de France en juin 2015, l’objectif était l’Euro 2016 et qu’il soit bon pour le Mondial 2017. Samedi, je lui ai simplement donné une accolade et lui ai dit : «Tu te souviens ce que je t’ai dit avant l’Euro 2016 ?’’ Il m’a dit oui », relate Didier Dinart, l'entraîneur des Bleus, pas vraiment surpris par l'ampleur prise par son joueur durant le tournoi.

Du trial au handball

Avec le Catalan (il est né à Perpignan), tout paraît simple. Sa trajectoire précoce est digne des débuts d’un Nikola Karabatic ou de Bertrand Gille. Le pivot de Montpellier a pourtant bien failli emprunter la voie, paternelle, du rugby, après avoir exploré celle du vélo trial, où, plus jeune, il fut sacré champion d’Europe et du monde. Des expériences qui ont nourri son caractère et développé son amour de la gagne. « J’étais très jeune mais ça m’a permis de me préparer individuellement. Ces petites choses-là m’apportent au quotidien dans la gestion de l’événement. » La rencontre du soir à venir face à la Suède, plus - croisons les doigts - les deux suivantes à l'AccorHotels Arena, devraient donner de nouvelles preuves de son apprentissage express.