L’Equipe de France entame parfaitement la compétition en surclassant le Brésil

Voir le site Championnat du monde de handball - France 2017

Karabatic   Equipe de France
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2017-01-12T11:19:06.841Z, mis à jour 2017-01-12T11:24:25.054Z

Pour son entrée en lice dans son Championnat du monde, l’Equipe de France n’a pas tremblé et a facilement disposé du Brésil, 31-16. Les Bleus ne pouvaient rêver d’une entame aussi idyllique.

Avant d’affronter le Brésil en ouverture du Championnat du monde de handball, l’Equipe de France pouvait nourrir quelques craintes. Lors des Jeux Olympiques 2016, la bande à Claude Onesta n’était pas passée loin de la correctionnelle face à Seleção, en quart de finale. Les Bleus avaient fini par prendre l’ascendant en toute fin de rencontre pour s’imposer 34-27. Mercredi soir, dans une AccorHotels Arena de Bercy surchauffée, les ouailles du tandem Gilles-Dinart se sont rendu la tâche beaucoup plus facile.

Une entame parfaite

Débuter une compétition à domicile n’est jamais une sinécure. L’Equipe de France de football pourra en témoigner. Les Bleus avaient dû batailler jusqu’à l’ultime seconde pour arracher la victoire face à la Roumanie cet été en ouverture de l’Euro. Championne du monde en titre, la France aurait pu céder face à la pression. Il n’en fut rien. Les hommes du duo Gille-Dinart ont parfaitement maîtrisé leur sujet, du début jusqu’à la fin. Les Experts ont très rapidement pris le jeu à leur compte, menant 7-2 après seulement dix minutes. Libérés, ils ont ensuite déroulé.


A la pause, la France présentait déjà un avantage de dix buts face au Brésil (17-7), notamment grâce à l’efficacité d’un Thierry Omeyer des grands soirs. En première période, le gardien du PSG a tout repoussé, présentant un taux d'arrêt sublime : 21 tirs, 14 arrêts, 67% de réussite.  

Des joueurs concernés

Largement devant le Brésil à la mi-temps, l’Equipe de France n’avait plus grand-chose à craindre lors du second acte. Le duo de sélectionneurs en a donc profité pour effectuer une revue d’effectif et offrir du temps de jeu à tous leurs joueurs. Dans la cage, Vincent Gérard a été tout aussi flamboyant qu’Omeyer avec 50% d’arrêts. Une performance qui lui a d’ailleurs valu le titre d’homme du match. Fabregas, Nyokas, Dipanda et Accambray ont également effectué leurs premiers pas dans cette compétition. Largement remaniée en seconde période, l’équipe a tenu son avantage au score et s’est facilement imposée 31-16.

« Une entame idéale »

A l’issue de la rencontre, Didier Dinart a confié sa satisfaction dans des propos rapportés par L’Equipe : « Oui, c'était une entame idéale. On a eu trois semaines de préparation pour arriver à ce jour et on avait à cœur de bien commencer ce Mondial, explique le sélectionneur. Le Brésil est une équipe de qualité, elle nous avait fait mal aux Jeux, et c'est parce qu'on a eu l'engagement nécessaire qu'ils ont cédé dans la rencontre. L'autre point positif, c'est que nous avons pu faire les rotations nécessaires sans puiser dans les organismes. On va continuer à travailler, ça vient à peine de commencer. »


Portés par un Thierry Omeyer des grands soirs, un Nikola Karabatic impérial (trois buts) et un Valentin Porte efficace (six buts), les Bleus ont donc parfaitement réussi leur entame dans ce Championnat du monde. Privé de Thiagus Petrus et d’Alexandro Pozzer, le Brésil n’a pas su exister face à une équipe qui tentera de décrocher son sixième titre mondial. Mis dans les meilleures dispositions pour atteindre leur objectif, les Bleus affronteront vendredi le Japon, à Nantes.