Interview d'Elsa Mollien

Voir le site Claire Brunetti

Elsa Mollien est Claire Brunetti
Par Emmanuelle Papin|Ecrit pour TF1|2009-06-03T11:06:00.000Z, mis à jour 2009-06-03T11:06:00.000Z

Rencontre avec la comédienne qui a insufflé tout son naturel, sa fougue et son charme au capitaine de gendarmerie éprise de justice et de liberté qu'elle interprète.

Elsa Mollien est Claire Brunetti

Elsa Mollien campe CLAIRE BRUNETTI, le rôle phare et éponyme d'une nouvelle fiction sur TF1. JEUDI 18 JUIN à 20:45

Rencontre avec la comédienne qui a insufflé tout son naturel, sa fougue et son charme au capitaine de gendarmerie éprise de justice et de liberté qu'elle interprète.

Comment définiriez-vous votre personnage ?
Claire Brunetti est capitaine de gendarmerie. Fraîchement nommée dans une compagnie, elle sait que cette affectation est une preuve de reconnaissance et de confiance de sa hiérarchie, ainsi qu'une très grande responsabilité qu'on lui confie. De fait, elle doit se montrer à la hauteur et n'a de cesse de prouver qu'elle en est arrivée là par son mérite et par ses compétences, et non grâce aux relations de son père, député. Se sentant obligée de démontrer à sa hiérarchie et ses subalternes qu'elle est légitime à ce poste, elle ne peut se reposer sur personne et doit avancer seule.

C'est une femme de tête et de terrain, passionnée par son métier. La Justice est une vraie vocation pour elle. Pour cette première enquête, elle se retrouve fragilisée et déstabilisée parce que son propre frère est impliqué. Au regard de ses collègues, il lui est difficile d'être aussi intimement mêlée à cette affaire et elle a du mal à ne pas se laisser déborder par ses émotions.

Pourquoi avoir accepté le rôle ?
Ce rôle n'a rien en commun avec tous ceux que j'ai pu interpréter auparavant. Claire a beaucoup de caractère, elle possède une grande force intérieure et, en même temps, elle est très sensible et fragile. C'est ce qui m'a séduite. Elle a toujours voulu réussir par elle-même, mettant un point d'honneur à refuser de passer par les parcours prédéfinis que son père avait projetés pour elle. J'aime également son côté un peu masculin : elle évolue dans un milieu d'homme et elle doit montrer qu'elle est à la hauteur.

On vous sent très investie dans le rôle. Claire Brunetti vous ressemble-t-elle ?
On choisit un projet dès lors que l'on sent une connexion entre soi-même et le personnage que l'on doit incarner. Certains traits de Claire sont très proches de ma personnalité : nous avons en commun d'être très franches, droites et pragmatiques. Comme moi, elle est nature et possède un côté garçon manqué, même si ce n'est pas la première caractéristique que l'on voit en moi !

Comme moi encore, Claire avance seule : se fiant à son jugement et à son intuition, son haut grade l'isole et elle ne peut s'appuyer sur qui que ce soit. Nous, les comédiens, nous exerçons aussi un métier où l'on avance seul, au service de nos instincts, de nos coups de cœur et de nos passions. Enfin, je partage avec mon personnage le fait de toujours avoir voulu y arriver par moi-même et par mon travail, plus que par les relations.

Elsa Mollien est Claire Brunetti La série met à l'honneur la gendarmerie. Connaissiez-vous ce milieu et comment vous êtes-vous préparée à endosser l'uniforme ?
Je ne connaissais pas du tout cet univers et j'ai trouvé formidable que la gendarmerie m'ait permis de passer deux jours dans une brigade, dirigée par un commandant, Florence Guillaume. J'en avais une image plutôt bucolique et j'ai pu réaliser combien ce métier est difficile ! Ce sont des militaires, prêts à donner leur vie pour leur patrie, et devant sans cesse gérer des situations extrêmes qui dépassent les pires scénarios de fiction !

Ce stage m'a permis de mieux comprendre, de manière instinctive, la vie de mon propre personnage. Pour me préparer au rôle, j'avais besoin d'être confrontée au choc et à la violence de certaines situations, savoir ce que cela représentait. Moi qui suis terrorisée par les armes à feu, on m'a appris à tirer et à avoir la bonne posture pour tenir une arme. Durant le tournage, un conseiller technique, Nicolas Martrenchard a supervisé toutes les scènes où les gendarmes sont en action, corrigeant la manière dont on se déplaçait, dont on tenait nos armes.

Votre rôle est assez physique. Avez-vous suivi un entraînement particulier ?
Une des caractéristiques de Claire est d'être alpiniste. J'ai donc fait une initiation à l'escalade et cela m'a beaucoup aidée à me préparer au rôle et à interpréter les scènes de montagne. Mais je n'ai pas eu à proprement parler besoin d'une préparation spécifique, étant par nature assez sportive.

Cette fiction porte sur une histoire de clan, entre Claire Brunetti, son père, Antoine et son frère, Vincent...
C'est effectivement une affaire de clan qui, loin d'être uni et soudé, est au contraire constamment en conflit ! Il y a beaucoup d'amour entre eux trois mais chacun a choisi un parcours totalement différent ! Claire, qui est en opposition totale avec la façon dont son père mène sa carrière et sa vie, a décidé d'avoir, au contraire de lui, une ligne de conduite irréprochable. Lorsqu'elle a perdu sa mère des années auparavant, elle a réagi de manière très différente de son frère, dont elle est très proche. Elle a choisi un métier difficile physiquement et psychologiquement, qui lui offre une structure sur laquelle s'appuyer alors que lui a perdu le cap, faisant de mauvaises rencontres.

Cette fiction est également une histoire de femme, entre votre personnage, sa supérieure, le colonel Machard, et Sandra, le lieutenant...
Effectivement, au-delà du travail, Claire entretient une relation forte avec son lieutenant, Sandra. Mais elle reste toujours sur la réserve, consciente de son grade et des limites qu'il lui impose, ne donnant pas sa confiance facilement. Quant à la colonel, très protectrice envers elle, elle représente un peu une figure maternelle de substitution. Mais Claire a néanmoins conscience de devoir se montrer à la hauteur de cette confiance.

Elsa Mollien dans Claire Brunetti Un mot sur vos partenaires et l'ambiance sur le plateau ?
J'ai eu beaucoup de chance d'avoir été entourée de comédiens aussi talentueux. Entre mes partenaires, Didier Delaitre, le réalisateur, et l'équipe technique, c'était vraiment formidable ! Nous avons d'ailleurs tous en commun cette impression d'avoir vécu une aventure exceptionnelle, un tournage à part, dans des conditions parfois assez difficiles à cause de la météo (nous avons tourné à Annecy et dans les hauteurs de Chamonix) mais dans des paysages à couper le souffle !

Vous n'êtes pas encore très connue du grand public. Quel a été votre parcours avant d'incarner Claire Brunetti ?
Je viens du théâtre puisque j'ai fait le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris, avec parallèlement des rôles à la télévision et au cinéma. Pour le personnage de Claire Brunetti, j'avais travaillé il y a un an et sur un autre projet avec Didier Delaitre, le réalisateur, et j'ai été retenue parmi 120 autres comédiennes qui passaient le casting.