Dans l'actualité récente

Afrique du Sud, Gatland, Mourinho... les cinq infos à retenir de la journée 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

José Mourinho en conférence de presse
Par Julien CHESNAIS|Ecrit pour TF1|2015-10-21T20:01:00.880Z, mis à jour 2015-10-21T20:02:12.261Z

La composition de l'Afrique du Sud face à la Nouvelle-Zélande, l'attachement de la fédération galloise envers Gatland, Mourinho qui se paye l'arbitre Joubert, voici les cinq infos à retenir ce mercredi.

L'Afrique du Sud garde les mêmes pour la Nouvelle-Zélande

On ne change pas une équipe qui gagne. Heyneke Meyer n’a pas voulu remanier son équipe entre le quart de finale et la demi-finale de cette Coupe du Monde. Le sélectionneur sud-africain a reconduit le même XV. Un seul changement est opéré sur la feuille de match, Victor Matfield retrouve une place sur le banc. 

Le XV : Le Roux ; Pietersen, Kriel, De Allende, Habana ; (o) Pollard, (m) du Preez ; Burger, Vermeulen, Louw ; de Jager, Etzebeth ; Malherbe, B. du Plessis, Mtawarira 

Remplaçants : Strauss, Nyakane, J. du Plessis, Matfield, Alberts, Pienaar, Lambie, Serfontein




Le Pays de Galles ne veut pas lâcher Gatland

Face à la rumeur qui enverrait Warren Gatland, l'entraîneur du Pays de Galles, à la tête de l'équipe d'Angleterre, Gareth Davies a vivement réagi. Le président de la fédération du Pays de Galles ne compte pas laisser filer son coach néo-zélandais, et surtout pas pour l'ennemi intime : "Pourquoi devrions nous ne serait-ce que considérer laisser partir Gatland, a fortiori pour l'Angleterre ? Il est très heureux ici, nous le sommes tout autant de l'avoir. Il a connu de grands succès chez nous et a encore 4 ans de contrat." a t-il affirmé. Reste la question de la clause libératoire estimée à 1,2 millions de livres. "Effectivement, cette clause existe, mais il n'est pas question d'argent. Ses talents sont inestimables." 


« Jouer au rugby n'est pas le plus important » en Top 14, regrette Imhoff

L'ailier argentin Juan Imhoff a porté une pierre à l'édifice de critiques qui touche le Top 14, l'un des coupables désignés du fiasco français. « Des fois en Top 14, le point de bonus défensif est important et jouer au rugby n’est pas le plus important, décrit le joueur du Racing Metro 92. Il y a des équipes qui ont la qualité pour jouer mais qui ne jouent pas. Si la France arrive à modifier cela, après... Pour moi, la France est un monstre qui dort; Quand elle va se réveiller, elle va, pour moi, être la meilleure du monde. » 


Quand Mourinho cite Joubert en exemple

L’issue du quart de finale entre l’Australie et l’Ecosse et la pénalité sifflée en toute fin de match par Craig Joubert ont marqué les esprits au-delà du monde du rugby. Pour certains, la décision de l’arbitre sud-africain est même devenu un exemple pour parler d’une erreur du directeur de jeu. José Mourinho l’a utilisé ce mardi soir. L’entraîneur de l’équipe de football de Chelsea a été furieux de ne pas obtenir de penalty lors du match nul de son équipe chez le Dynamo Kiev en Ligue des Champions. Il a déclaré en conférence de presse : « L’arbitre a été très bon, je suis sérieux. Il a fait une erreur et, par exemple dans la Coupe du Monde de rugby, l’arbitre de l’Ecosse a été très bon. Mais il a fait une erreur et à cause de celle-ci, l’Ecosse pleure. »  


Cudmore défend l'arbitrage

Depuis dimanche soir et la prestation "mitigée" de Craig Joubert lors de la rencontre opposant l'Ecosse à l'Australie, les critiques se multiplient à l'égard de l'arbitre et de l'arbitrage en général. De quoi agacer Jamie Cudmore, qui n'a pas manqué de le faire savoir à son réseau. Il a rappelé que le rugby était un sport où le respect de l'arbitrage est très important et qu'il fallait qu'il reste propre. "Je suis triste de voir les commentaires de certains après Australie-Ecosse à propos des décisions arbitrales. Le rugby est un jeu fait de respect lorsque la fin du match est sifflé, c'est fini que ça vous plaise ou non. Nous ne pouvons pas laisser notre sport devenir comme le football où l'on ne respecte ni les joueurs ni les arbitres."