Angleterre - Australie (13-33) : Bernard Foley, l'homme qui a mis Twikenham à genoux 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

RTS2W8V
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-10-04T10:12:06.074Z, mis à jour 2015-10-04T10:41:37.210Z

Le match d’une vie ! Bien que l’on n’imagine pas cette performance majuscule de l’ouvreur Australien rester lettre morte, on peut légitimement penser que le nom de Bernard Foley restera longtemps associé à ce samedi 3 octobre 2015 où il a fait pleurer Twickenham.

Bernad Foley

Né le 8 septembre 1989, à Sydney (Australie)

1,82 m

90 kg

N’ayant ni la classe de Matt Giteau, la vista de Will Genia, les fulgurances d’Israël Folau ou l’expérience d’Adam Ashley-Cooper, l’ouvreur des Warathas ferait presque figure d’anonyme au sein de la ligne d’attaque 5 étoiles des Wallabies. Le grand public lui préférant même le charismatique et fantasque Quade Cooper pour porter le mythique N°10. Pourtant, de maillon faible présumé, Bernard Foley est devenu en une soirée le nouveau héros de l’Australie, le successeur du légendaire Stephen Larkham. 

Revoir le résumé de la rencontre :


Auteur d'un match record !

Pendant 80 minutes, Foley a donc offert un récital magistral, scorant 28 points sur les 33 de son équipe, tout simplement un record à Twickenham. Précis au pied pour ouvrir rapidement le score, il a ensuite démontré toute l’étendue de ses qualités offensives en réalisant deux actions de grande classe pour inscrire ses deux premiers essais en Coupe du Monde. Slalomant dans la défense Anglaise sur la première, il a ensuite réalisé une magnifique combinaison avec son compère Kurtley Beale pour assommer le XV de la rose. Match winner par excellence, il a également réalisé un impeccable 7/7 face aux perches. Au-delà de son omniprésence au scoring, il a parfaitement mené le jeu de son équipe, alternant intelligemment avec un jeu au pied précis et efficace, et a montré de très belles dispositions en défense. Très à l’aise dans le système de rush défense instauré par Michael Cheika, il a régulièrement sauvé son équipe en coupant les extérieurs par des montées offensives bien senties. Sur l’une d’elle, il frôle d’ailleurs l’interception et aurait pu, sans l’intervention litigieuse du pilier Dan Cole, s’offrir un triplé. 

Le deuxième essai de Foley :


Le sélectionneur Australien peut donc se féliciter de son choix, décrié au pays, d’installer Bernard Foley aux commandes des Wallabies : "On avait demandé à nos deux numéros 10 (Bernard Foley et Kurtley Beale) de prendre le contrôle du match. Bernard a beaucoup d’influence parce qu’il n’a pas peur de se montrer et de prendre ses responsabilités". Le bail semble signé pour un moment et Quade Cooper risque bien de suivre la fin de la compétition en tribunes.