Angleterre – Australie, le duel : Chris Robshaw - David Pocock 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Loris BELIN|Ecrit pour TF1|2015-10-03T18:02:55.640Z, mis à jour 2015-10-03T18:09:03.288Z

Comme pour toute rencontre importante, deux joueurs vont se livrer un match dans le match. Pour le choc Angleterre - Australie, focus sur le duel Robshaw – Pocock.

Le match de ce soir entre l’Angleterre et l’Australie est certainement le plus important de ce premier tour. Le XV de la Reine encore meurtrie de sa défaite de samedi dernier contre le Pays de Galles doit impérativement se relever pour ne pas quitter prématurément sa Coupe du Monde. Pour l’Australie, une victoire signifierait non seulement éliminer un autre prétendant en titre mais aussi rester dans la course à la première place du groupe A. Un match de costauds, taillé pour Chris Robshaw et David Pocock. 


Chris Robshaw : capitaine abandonné 

Robshaw a probablement passé une des pires semaines de sa carrière. Comme si le revers contre le Pays de Galles n’était pas assez difficile, la si exigeante presse anglaise l’a littéralement concassé. Si les critiques semblent normales pour un capitaine forcément plus exposé, leur virulence a atteint des sommets rares au point que son match de samedi dernier a été considéré comme « pire prestation d’un capitaine anglais » selon la Sky. Très contesté pour son leadership, Robshaw l’a également aussi pour ses qualités de joueur. Il est pourtant l’homme de confiance du coach Stuart Lancaster qui l’avait nommé capitaine dès sa deuxième sélection. Souvent catalogué comme complet mais pas dominant, Robshaw est surtout l’homme aux trois poumons, infatigable plaqueur (27 en deux matchs) et toujours dur dans les contacts. Il sera épié comme jamais. 


David Pocock : un leader à la hauteur 

Pocock est l’exemple type du troisième ligne complet. C’est un des meilleurs gratteurs et plaqueurs au monde. Habituel troisième ligne aile, il joue au centre avec les Wallabies, signe de sa polyvalence. Quand il est en forme, il n’a que peu d’équivalent sur la planète. Et en plus il score ! Contre les Fidji, il a inscrit deux essais et s’est montré énorme dans tous les secteurs du jeu avec 14 plaquages. Une activité indispensable pour les Australiens dont il est la clé de voûte. Un colosse qui connait tout de même quelques faiblesses puisque deux graves blessures ont failli mettre fin à sa carrière ces dernières années. Les anglais savent ce qu’il leur reste à faire : user et insister au cœur du jeu. Le natif du Zimbabwe avait d’ailleurs fait l’impasse sur le match contre l’Uruguay pour garder un maximum de fraîcheur. Il va en falloir pour cette lutte de tranchées contre les Anglais.