Angleterre : J-3 avant l’Australie, la pression monte… 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-30T14:10:57.563Z, mis à jour 2015-09-30T14:10:57.563Z

A trois jours d’un des matches les plus cruciaux de l’histoire du rugby anglais, la presse fait monter la pression en même temps que les supporters. Entre bruits de couloir et rumeurs, voici un état des lieux du XV de la Rose avant de défier l’Australie.

L’euphorie a laissé place au doute. Douze jours après l’entame de la Coupe du Monde et le succès face aux Fidji, l’Angleterre est plongée en plein scepticisme. La faute à une défaite aussi frustrante qu’inquiétante contre le voisin gallois, qui ne pouvait pas mieux choisir son moment pour se faire détester. Pourtant, à la lecture des lendemains médiatiques, le viseur n’est pas pointé sur l’adversaire, ni sur l’arbitre - comme il est de coutume - mais sur Stuart Lancaster et Chris Robshaw, qui sont passés de prophètes à oiseaux de mauvaise augure en quelques heures. Des choix tactiques et stratégiques discutables qui ont alimenté les conversations de comptoirs dans la plupart des pubs anglais depuis dimanche.

Revoir le résumé du match entre l'Angleterre et le pays de Galles



Carling allume la mèche, Catt l’éteint

Si le climat est pour le moment propice sur l’Angleterre, les critiques, elles, ont plu comme jamais, même dans les plus hautes sphères du rugby anglais. Will Carling, ancien emblématique capitaine du XV de la Rose, a lancé les hostilités en pointant du doigt le « manque de leadership » dans cette équipe. Et le traitement des joueurs par le staff à la manière de « simples écoliers ». Des critiques qui ont vite entraîné des réactions en chaîne. Mike Catt, l’homme aux 75 sélections et actuel adjoint de Stuart Lancaster, offre lui une autre alternative et prône l’union sacrée, renvoyant les critiques extérieurs à des « white noise » (ndlr : un bruit de fond considéré comme désagréable). « Si vous prêtez trop d’attention à ce qui se dit autour, vous ne vous mettez pas dans les meilleures conditions pour faire votre job, a-t-il expliqué à la BBC. Notre travail est de battre l’Australie, pas de s’inquiéter des critiques des anciens joueurs ou autres. » Champion du Monde en 2003 avec Jonny Wilkinson, l’ancien capitaine anglais est plutôt bien placé pour parler de pression et de résultat.


Jonathan Joseph de retour

Lundi, « The Sun » faisait écho à des soupçons d’espionnage de la part d’un photographe inconnu aperçu à l’entraînement de l’Australie. Les officiels aussies crient au scandale, les Anglais refusent de commenter l’affaire. A trois jours du match au sommet, cette polémique fait office de mise en bouche. Le plat principal ne devrait pas tarder. Passé l’extra-sportif, la presse anglaise se demande maintenant quel visage aura son XV samedi face à l’Australie. A priori, le retour de Jonathan Joseph au centre est d’actualité autant que la mise au banc de Sam Burgess, titulaire critiqué contre le pays de Galles. Billy Vunipola forfait, Courtney Lawes blessé, Ben Morgan devrait porter le numéro 8 et Joe Launchbury vivra sa première titularisation en Coupe du Monde au poste de deuxième ligne. On attend encore des nouvelles de Ben Youngs. Le demi de mêlée de l’Angleterre est sorti blessé face aux Gallois et reste incertain. Pour le reste, Stuart Lancaster fera dans le classique, avec l’espoir d’offrir au peuple anglais un match d’anthologie. Pour que cette Coupe du Monde 2015 ne devienne pas le plus grand couac de l’histoire du rugby anglais. 

en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre