Dans l'actualité récente

Argentine: le paradoxe Nicolas Sanchez 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Rugby - Coupe du monde 2015 - La pénalité de Sanchez - Irlande - Argentine
Par Lucile ALARD|Ecrit pour TF1|2015-10-20T12:30:50.656Z, mis à jour 2015-10-20T13:02:55.030Z

En difficulté avec l'UBB pendant trois ans, joker médical à Toulon, Nicolas Sanchez brille comme jamais en sélection et pourrait même finir meilleur buteur de la Coupe du Monde.

Il y a un an, Nicolas Sanchez était sans club. Après trois années plus que mitigées sous les couleurs de l'UBB (seulement 22 matches joués), l'Argentin quittait Bordeaux-Bègles sans autre contrat pour participer au Four Nation avec les Pumas. Là il y brillait comme souvent quand il joue sous le maillot de sa sélection. Et c'est au cours de la compétition qu'il allait accepter de s'engager au RCT, en tant que joker médical après la blessure de Frédéric Michalak. 

Revoir le grand format d'Irlande-Argentine: 


Un passage de cinq mois sur la rade réussi et qui constitue, de son propre aveu, son meilleur passage en club. « C'est ma plus belle expérience en club, c'est sûr. J'ai passé cinq mois énormes. » En un peu moins d'une demie année, l'ouvreur a su s'imposer au poste de numéro 10 du RCT et a livré des prestations abouties. Sauf qu'avec le retour de Frédéric Michalak, Nicolas Sanchez doit quitter le navire et ne participe pas à la fin de saison dantesque du club.


L'objectif : gagner la Coupe du Monde

Retourné en Argentine, il se focalise sur la Coupe du Monde qu'il joue en tant qu'ouvreur titulaire. Elu homme du match face à l'Irlande, il est en train de réaliser une compétition de très haut niveau. Lui, simple joker médical lors de la saison précédente pourrait même en être le meilleur buteur. Avec 74 points marqués, il est actuellement le dauphin de Greig Laidlaw (79 points) qui, lui, a fini sa compétition. Bernard Foley (66 points) et Handré Pollard (64 points) seront ses principaux concurrents. 


Sûr de sa valeur en sélection, le joueur sourit quand on évoque avec lui ses dernières années en club. « La différence c’est qu’à Bordeaux j’étais nul (rire). Plus sérieusement, la différence, c’est qu’aujourd’hui je suis en confiance et ma tête est mieux. » Mieux dans sa tête, il peut affirmer avec lucidité : « Maintenant, on a l’objectif de gagner la finale. Jusque là, c’était d’être dans les quatre, mais depuis aujourd’hui on veut essayer d’être Champion du monde. »

en savoir plus : Match Irlande Argentine