Argentine : plus qu’une demi-finale, un palier à confirmer 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Best of Argentine
Par Loris BELIN|Ecrit pour TF1|2015-10-24T16:45:36.290Z, mis à jour 2015-10-24T16:45:36.290Z

L’Argentine ne cesse de progresser et cette demi-finale contre l’Australie doit le confirmer.

Les Pumas vont vivre leur deuxième demi-finale de Coupe du Monde après celle de 2007 en France. Cette fois, la présence de l’équipe sud-américaine n’est qu’une demi-surprise tant les argentins se sont incrustés parmi les meilleures équipes au monde. Un travail de sape depuis la fédération jusqu’aux joueurs qui se justifie aujourd’hui. La rencontre de dimanche contre l’Australie peut confirmer cette belle dynamique et donner une vraie caution à l’orientation prise par l’Argentine. 


La progression par le Championship

L’équipe sud-américaine a grandi à vitesse Grand V en affrontant tous les ans les meilleures nations de l’Hémisphère Sud depuis 2012. Jouer la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Afrique du Sud, tous les ans, c’est se farcir ce qui se fait de mieux sur la planète rugby, comme en atteste les demi-finales de cette Coupe du monde. Arrivés avec le statut de petit poucet (en témoignent le 54-15 pour la Nouvelle-Zélande en 2012 ou la fessée 73-13 prise contre l’Afrique du Sud un an plus tard), les argentins sont aujourd’hui de vrais prétendants, capables de jouer les yeux dans les yeux avec leurs adversaires. En 2014, première victoire contre l’Australie ; en 2015, première victoire contre l’Afrique du Sud. L’Argentine ne fait plus rire. 

Les leaders partis se former en Europe … pour mieux revenir au pays ?

De nombreux joueurs majeurs sont venus progresser en Europe ces dernières années. Juan Martin Hernandez illumine le Top 14 depuis 2003. Fernandez Lobbe est un des chouchous sur la rade de Toulon depuis 2009, Imhoff brille sous les couleurs du Racing Metro depuis quatre ans désormais. Encore inexpérimentés au très haut niveau, les argentins peuvent maintenant compter sur un groupe comptant de nombreux joueurs évoluant dans les meilleurs championnats du Vieux Continent. Avec l’arrivée d’une franchise de Super Rugby à Buenos Aires en 2016, la fédération argentine qui a déjà beaucoup investi ces dernières années, compte créer une vraie équipe nationale bis pour continuer de faire progresser ses joueurs. Avec la nouvelle génération de Pumas déjà de plus en plus importante dans la rotation de la sélection, l’Argentine veut construire et continuer à monter dans la hiérarchie mondiale. 


Plus de maîtrise qu’en 2007

Il y a huit ans, les Argentins étaient tombés sur une grosse équipe d’Afrique du Sud qui s’était imposée 37-13. Les Springboks avaient surtout profité des maladresses avec trois essais en contre. Les Pumas étaient alors une équipe joueuse, enthousiasmante mais en manque de solidité et d’assurance. Aujourd’hui, cette équipe sud-américaine impressionne par sa capacité à plier froidement ses rencontres, à rester concentrés toute la durée d’un match. L’Argentine a montré contre l’Irlande en quart que ses progrès mentaux étaient aussi valables pour les rencontres à enjeu. Alors que l’Australie a eu toutes les peines du monde contre l’Ecosse, les Pumas ont toujours semblé maîtres même quand l’écart s’était réduit. Mieux, le vécu de 2007 devrait être des plus utiles avant d’aborder un match pareil. Pour l’Argentine, annoncer clairement des objectifs élevés n’est plus tabou et ce n’est qu’un début. Etre arrivé à ce niveau n’est plus un fin en soi, c’est un nouvel étage de la fusée sud-américaine, prête à décoller.