Australie - Pocock, la nouvelle référence en troisième ligne ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-10-27T14:11:37.529Z, mis à jour 2015-10-27T14:25:03.305Z

Les prouesses du flanker australien, repositionné au centre de la troisième ligne, posent aujourd'hui la question d'une redéfinition du poste de N°8. Une sacrée performance.

Véritable bizarrerie tactique en début de compétition, le coup de poker tenté par Mickael Cheika ressemble de plus en plus à un sacré coup gagnant. Le repositionnement de David Pockok au centre de la troisième ligne australienne est en effet la meilleure décision prise par le sélectionneur Australien tant le flanker de formation survole cette compétition.


L'essai de David Pocock contre les Fidji :


Un flanker de formation

Archétype du troisième ligne gratteur, râblé avec un centre de gravité très bas et solide sur ses appuis, le joueur des Brumbies a joué la très grande majorité de ses 54 sélections avec le N°7 sur le dos. Pourtant, c’est au poste de troisième ligne centre qu’il disputera la finale de la Coupe du Monde.

 Devant l’émergence d’un autre gratteur de top niveau, Michael Hooper, le coach Wallabie a effectivement décidé de décaler son joyau pour associer les deux hommes dans son XV de départ. L’Australie traverse donc la compétition sans N°8 de métier mais a révolutionné sa façon de jouer grâce à l’abattage exceptionnel de Pocock.


Un N°8 atypique

David Pocock est ainsi devenu la clé de voûte du système Cheika tout en conservant son style de jeu. Extrêmement performant dans le jeu au sol et la défense, il présente des statistiques hallucinantes avec 14 turnovers réussis pour seulement 2 fautes concédées ! Plus du double de la référence en la matière, le capitaine All Black McCaw (6 ballons récupérés). Cette capacité à casser les attaques adverses n’est pas étrangère à la réussite défensive Aussie qui, bien qu’ayant été franchis 18 fois en demi-finale par l’Argentine, n’ont jamais concédé d’essais aux Pumas.

Exceptionnel en chef de défense, il rayonne également en attaque avec un réalisme total. Il a ainsi marqué deux essais en n’ayant porté le ballon que 45m, loin des 137m de Kieran Read, le meilleur troisième ligne centre au monde.

Durant cette Coupe du Monde, il s’est ainsi affirmé comme le joueur clé de son équipe et le troisième ligne le plus performant de, la compétition à un poste qui n’est pourtant pas le sien.


Une remise en question du poste qui fera école

Véritable laboratoire du jeu, la Coupe du Monde 2015 accouchera-t-elle d’une révolution tactique avec la fin des N°8 franchisseurs pour des profils plus défensifs ou marquera-t-elle simplement l’avènement d’un joueur hors-normes David Pocock ? Ses performances auront déjà permis d’ouvrir le débat, une réussite en soi pour le joueur et son sélectionneur.