Dans l'actualité récente

Le Bleu du Jour : Alexandre Dumoulin, plus qu’un second choix 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-10-15T16:00:45.006Z, mis à jour 2015-10-15T16:35:48.320Z

Eclos tardivement avec le Racing, Alexandre Dumoulin n’a pas encore percé au niveau international avec l’équipe de France. Mais le trois-quarts centre est un joueur au profil complet, capable de jouer dans des espaces réduits et d’apporter une dimension athlétique indéniable. Portrait.

>CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER TOUS LES PORTRAITS DES BLEUS<


Alexandre Dumoulin

Né le 24 août 1989 à Bourgoin-Jallieu (Isère)

1,89 m

97 kg.

Sa carrière en club

Mais d’où viens-tu Alexandre Dumoulin ? Le centre du XV de France est peut-être, avec l’appelé de dernière minute Rémy Grosso, le joueur le moins connu des Bleus présents à la Coupe du Monde 2015. Pourtant, Alexandre Dumoulin s’est déjà fait un nom au sein du Top 14. Formé à Bourgoin-Jallieu, il est repéré par un certain Pierre Berbizier, alors entraîneur du Racing. Ses premières saisons sont compliquées. Après une première sérieuse blessure (rupture du tendon quadricipital) dans sa carrière, il peine à s’imposer au sein du club francilien. D’apparitions avec les Espoirs en temps de jeu réduits avec les professionnels, Dumoulin ne comptabilise que 14 titularisations en deux saisons. Maigre pour un joueur prometteur qui manque d’être prêté lors de la saison 2013-2014. Mais ce dernier s’accroche et refuse de partir. Bien lui en a pris puisque la saison suivante, il accède enfin à une place de titulaire en lieu et place de Jamie Roberts. C’est dire le potentiel du joueur. Malheureusement, encore une fois, il est freiné par une tendinite au tendon d’Achille lors de la deuxième partie de saison. A 26 ans, Alexandre Dumoulin a réussi à attraper le train bleu à la dernière minute. Avant de retrouver sa routine francilienne, l’ancien Berjallien aimerait bien marquer les Bleus de son empreinte. 


Sa carrière en bleu

Elle se résume finalement assez vite. A éclosion tardive, sélections minimes. Après trois premiers mois détonants avec le Racing en 2014, il tape dans l’œil de Philippe Saint-André qui lui offre sa première sélection lors d’un Test Match face aux Fidji en novembre. Retenu ensuite pour le stage préparatoire au Tournoi des Six Nations, il doit renoncer pour cause de blessure et est remplacé par Gaël Fickou. Malgré une expérience internationale réduite, il figure dans les petits papiers de PSA qui le sélectionne dans le groupe de 36 pour préparer la Coupe du Monde 2015. Dumoulin participe à deux des trois Tests de la préparation (titulaire face à l’Angleterre à Twickenham puis remplaçant face à l’Ecosse au Stade de France) et est finalement retenu dans les 31 au détriment de Rémi Lamérat. Pour le premier match de la compétition, face à l'Italie, il est titulaire en raison du forfait de Wesley Fofana. Non retenu lors du match suivant, il est remplaçant lors du troisième match, face au Canada. Samedi, le Racingman sera titulaire face à la Nouvelle-Zélande avec seulement six sélections au compteur. Le moment de justifier les comparaisons avec Yannick Jauzion. Vous vous souvenez 2007, Cardiff…


Ses qualités

Puissant, technique, capable de jouer près des défenses et rapide. A l’heure d’énumérer les qualités d’Alexandre Dumoulin, les mots ne manquent pas. Reste maintenant à les traduire en actes sur le terrain avec le maillot frappé du Coq. Couvé par Patrice Lagisquet, l’entraîneur des trois-quarts du XV de France qui voit en lui le nouveau « Yannick Jauzion », le centre du Racing est un dynamiteur de défense. Mais son jeu ne trouve sa plénitude que s’il est à 100% de ses capacités physiques. Cela tombe bien, PSA ne cesse de répéter qu’il l’est. « Il a du talent, il est costaud, il a des mains et des pieds, résume Fabrice Estebanez. Surtout, il sait trier les ballons, jouer des "off-loads" (passes au contact) dans la défense et prendre le relais de l'ouvreur si besoin. » Formé à l’ouverture, le joueur de 26 ans possède une panoplie assez rare à ce niveau. Discret et apprécié dans le groupe France, il ne reste plus qu’à faire briller les yeux des supporters pour finir de convaincre. Allez, disons que c’est maintenant ou jamais !