Dans l'actualité récente

Le Bleu du jour : Gaël Fikou, un talent précoce 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Gael Fickou   France Roumanie
Par Nicolas SBARRA|Ecrit pour TF1|2015-10-16T12:42:48.414Z, mis à jour 2015-10-16T12:42:56.599Z

Plus jeune joueur du XV de France lors de cette Coupe du Monde, Gaël Fickou a très rapidement gravi les échelons, en club comme en sélection. Il a débuté chez les Bleus à 18 ans. Portrait.

Gaël Fickou

Né le 26 mars 1994 à La Seyne sur Mer (Var)

1,90m

92kg

En vidéo, les meilleurs moments de France-Roumanie

Sa carrière en club

Gaël Fickou a bien failli entamer une carrière de footballeur. Avant d’entrer dans un centre de formation (Sochaux, Monaco), il a toutefois pris sa première licence de rugby à 13 ans et a définitivement choisi le ballon ovale. Intégré au pôle espoirs de Hyères, il évoluait chez les jeunes à Toulon. Au printemps 2012, le trois-quart a côtoyé le groupe pro et est apparu comme 24e homme lors d’un match contre Castres. Mais, repéré très jeune, il avait déjà donné son accord à Toulouse, qu’il a rejoint durant l’été. Le manager du RCT Benard Laporte n’a pas caché qu’il était « fou de colère, j’ai gueulé. Quand tu as une pépite comme ça tu la ficelles. » Si Fickou a avoué que Toulon «restera mon club de cœur, c’est là que je voulais jouer, à la base », il a précisé qu’il ne « regrettait pas (mon) choix ».

Le prodige s’est rapidement adapté dans la Ville Rose. Il est apparu pour la première fois fin août, lors de la deuxième journée de Top 14 contre la Rochelle. Dès le début du mois de septembre, il a été titularisé, face à Agen, ouvrant déjà son compteur avec un essai. Sa réussite en Coupe d’Europe a été encore plus précoce. Dès sa première sur la scène continentale, mi-octobre contre Leicester, il a signé le seul essai de la rencontre. Guy Novès n’a pas hésité à en faire son titulaire lors de la phase finale, ponctuée par un échec en demi-finale face à… Toulon. Pour sa première saison, Fickou a joué pas moins de 26 matchs, dont 20 comme titulaire, alors qu’il n’était pas encore sous contrat pro. Cela a été réparé à l’été 2013. Elu meilleure révélation lors de la Nuit du rugby, il a signé jusqu’en 2016.

Son exercice 2013/2014 a été plus délicat avec les Rouge et Noir. S’il a de nouveau joué 26 fois, dont 16 fois d’entrée, ses performances n’ont pas été au même niveau qu’à ses débuts. Le doute qui s’est installé dans l’équipe haut-garonnaise a rejailli sur lui. Son utilisation irrégulière par Guy Novès et son replacement épisodique à l’aile, avec une découverte difficile du poste, ont aussi plombé sa confiance. « Confirmer, c’est le plus dur », comme a pu avouer le joueur. Cette confirmation est intervenue en 2014/2015, où il a été un véritable cadre du Stade Toulousain. Malgré une blessure en mars qui l’a privé de la fin de saison, Fickou a joué 22 fois (18 titulaire), pour trois essais.

Sa carrière en Bleu

Dans toutes les sélections de jeunes, Fickou a été surclassé. Il a notamment participé au championnat du monde U20 en 2012. Sa première cape chez les A est arrivée dès le 16 mars 2013, alors qu’il n’avait pas encore 19 ans ! Son baptême du feu, il ne l’a pas connu dans un Test match, mais directement dans le Tournoi des 6 Nations, entrant pour les cinq dernières minutes de l’affrontement avec l’Ecosse. Depuis, le Toulousain a honoré 14 sélections de plus. Il a été de tous les rendez-vous de 2013 et a joué les six matchs du Tournoi 2014. Contre l’Angleterre, il a signé son premier essai international à la 77e minute, deux minutes après son entrée, offrant la victoire aux Bleus (26-24).

Absent de juin 2014 à mars 2015, il a retrouvé le XV de France à l’occasion du Tournoi, contre l’Italie et l’Angleterre. Sa blessure à un genou intervenue au printemps ne l’a fait reprendre qu’en mai, juste avant la première liste pour la Coupe du Monde. Ce contretemps ne l’a pas empêché d’être dans le groupe final de 31. Contre l’Italie, il est entré à l’aile après la blessure d’Huget. Face à la Roumanie, il était titulaire et a marqué en toute fin de match son premier essai dans la compétition.

Ses qualités

S’il évolue parfois à l’aile, Gaël Fickou est un trois-quart centre, plutôt n°12 que n°13. Il n’utilise que très peu le jeu au pied, qui ne représente que 7% de ses ballons en Top 14 en 2014-2015. Le natif de la Seyne-sur-Mer s’exprime surtout ballon en main. Sa taille (1,90m) ne le suggère pas forcément mais plus que la puissance, le Toulousain s’appuie sur sa vitesse et la vivacité de ses appuis. Il dans l’évitement davantage que dans l’affrontement. Fickou a la capacité de plonger dans les intervalles, d’apporter de la continuité dans le jeu et de créer de l’incertitude chez l’adversaire. Le centre a aussi su muscler son jeu, avec de bonnes qualités défensives. La saison dernière en Top 14, il a réussi 95% de ses plaquages.

Tout est allé très vite pour le très jeune joueur, propulsé en haut de l’affiche dès ses 18 ans. Pour autant, il a su garder les pieds sur terre, montrant une belle maturité. Guy Novès lui a rendu hommage il y a quelques mois : « C’est un garçon posé, attentif, qui a la tête sur les épaules. Il avance progressivement. Comme tout jeune, il a connu un moment euphorique, cette impression qu’il allait tout casser mais s’est rendu compte qu’il fallait travailler pour ça. Mais même quand on l’a présenté comme une future star, lui a su rester humble. Il est conscient de ce qu’il lui reste à accomplir. » A 21 ans, il a encore tout l’avenir devant lui.