Dans l'actualité récente

Cinq choses à savoir sur Nigel Owens, l'arbitre de la finale 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Coupe du monde de Rugby 2015 - Highlights - Portrait de Nigel Owens, l'arbitre de la finale
Par Nicolas SBARRA|Ecrit pour TF1|2015-10-28T16:00:30.345Z, mis à jour 2015-10-28T16:00:30.345Z

Nigel Owens va arbitrer la finale de la Coupe du Monde entre la Nouvelle-Zélande et l'Australie ce samedi. Une première pour le Gallois de 44 ans, international depuis 2005 et qui va connaître la consécration pour son 68e test. Une première pour ce personnage très atypique.

1. Le premier arbitre à révéler son homosexualité

En 2007, Nigel Owens a été le premier arbitre à révéler son homosexualité, un événement rare dans le rugby mondial. Auparavant, il avait fait une tentative de suicide, ne supportant plus ce secret pesant, avait-il expliqué. Son coming-out a été « fait pour ma propre santé, ma propre vie ». Par la suite, il a été victime d’insultes homophobes lors d’un Angleterre - Nouvelle-Zélande à l’automne 2014, à Twickenham, mais aussi sur le web durant le dernier Tournoi des 6 Nations et la rencontre Angleterre-France. Désormais, Nigel Owens le vit bien mieux : « Je serai toujours reconnu comme l'arbitre gay. Et ça ne me pose aucun problème ».

2. Les tacles sur le football, c’est lui

Nigel Owens est très loquace avec les joueurs et n’hésite pas à manier l’humour. Lors du match Afrique du Sud - Ecosse, disputé à St James’ Park, il a repris à l’ordre Stuart Hogg, qui a amplifié un contact sur une chandelle. « Si vous voulez encore plonger comme ça, revenez plutôt ici dans deux semaines. Mais pas aujourd’hui », a prévenu l’arbitre. Une allusion au football, qui allait reprendre ses droits sur cette pelouse deux semaines plus tard, avec l’équipe locale de Newcastle. Owens aime ce parallèle avec le ballon, déjà utilisé en 2012. « This is no soccer », avait-il déclaré pour mettre fin à des protestations.


3. Il présente des émissions télé

En plus d’être arbitre, sous contrat avec la fédération galloise, Nigel Owens est présentateur télé, sur la chaîne du service public S4C. Il anime « Munud i Fynd », un quizz qui met à l’épreuve des personnalités, sortant des cartons jaunes ou rouges en cas de mauvaises réponses. Owens est aussi à l’affiche de « Bwrw'r Bar », avec au menu des défis physiques et intellectuels sur le thème du rugby. Il participe également au talk-show Jonathan, animé par Jonathan Davies, ancien international. C’est une star à tel point que des produits dérivés de lui sont en vente. S’il n’est pas à l’origine de cette initiative, il en fait la promotion sur Twitter, un terrain de jeu qu’il apprécie particulièrement.


4. Une première pour un Gallois depuis 24 ans

Nigel Owens est le premier Gallois désigné pour arbitrer une finale de Coupe du Monde depuis Derek Bevan en 1991. Il y a quatre ans, c’était Craig Joubert au sifflet. Le Sud-Africain avait été très critiqué du côté français, avec un arbitrage favorable aux Blacks. En 2007, c’était l’Irlandais Alain Rolland. En 2003 et 1999, le Sud-Africain André Watson avait arbitré deux finales consécutives. En 1995, l’Anglais Ed Morrison avait été désigné. Lors de la première édition en 1987, c’était l’Australien Kerry Fitzgerald.


5. Il a manqué le coup de poing d’O’Brien

Nigel Owens ne voit pas tout. Lors du dernier match de la poule D entre la France et l’Irlande, l’arbitre gallois est passé à côté du mauvais geste de Sean O’Brien à l’encontre de Pascal Papé. Un coup de poing infligé en tout début de rencontre qui aurait mérité un carton rouge et qui aurait pu faire basculer le match désignant le premier du groupe. Dans cette Coupe du Monde, il a aussi officié lors du quart de finale à sens unique entre les Bleus et les All Blacks (13-62), ainsi que lors des rencontres de poules Afrique du Sud - Ecosse et Tonga - Géorgie. Pour les Australiens ça sera une première.