Angleterre-Pays de Galles : le grand choc 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

RTX1RQFZ
Par Thomas Audebert|Ecrit pour TF1|2015-09-25T16:00:25.212Z, mis à jour 2015-09-26T09:42:41.580Z

A quelques heures du premier choc de cette coupe du monde entre l'Angleterre et le Pays de Galles, toute une île retient son souffle. Presse, joueurs, staff: le match est déjà lancé.

Le vainqueur s'ouvrira très certainement le chemin des quarts de finale, le perdant sera sur la sellette. Qu'il s'agisse du Pays de Galles, demi-finaliste en 2011 et double vainqueur du Tournoi entre 2012 et 2015, ou de l'Angleterre, attendue par tout un peuple après quatre années sans victoire dans le tournoi européen.

La presse s'en mêle

La presse anglaise ne s'en cache pas. Pour The Guardian, il s'agit de l'heure de vérité pour l'équipe de Stuart Lancaster le sélectionneur anglais. Les changements opérés dans le XV de la Rose ont interpellé les experts de l'autre côté de la Manche. Pourquoi sortir le demi d'ouverture George Ford pour le remplacer par Owen Farrell ? Ford semblait avoir les faveurs de Lancaster, titulaire en préparation  contre la France et l'Irlande et débutant la compétition face aux Fidji. C'est comme si pour le match contre l'Irlande, Frederic Michalak était remplacé par Remi Talès, ce serait très surprenant.

"Si les déclarations sont exactes, est-ce que Stuart Lancaster a fait le bon choix en remplaçant George Ford par Owen Farrell ?"



La guerre des mots.

La rivalité entre Gallois et Anglais n'est pas nouvelle. Mais les joueurs qui s'affrontent aujourd'hui ont un passif qui remonte au tournoi de Six nations 2013. Cette année-là, l'Angleterre n'est plus qu'à une victoire d'un grand chelem, le premier depuis 2003.Le dernier match face au Pays de Galles à Cardiff est décisif. Les Gallois déchainés s'imposent largement 30-3, privent les Anglais du grand chelem et même de la victoire finale. Pour les joueurs anglais, c'est une vrai humiliation et leur capitaine, Chris Robshaw n'a pas manqué de le rappeler en conférence de presse. "Cette tension vis-à-vis du Pays de Galles vient de 2013. La douleur qu'ils nous ont infligé... Pour moi et pour beaucoup des joueurs de l'équipe, c'est un de ces matches qui vous suit pour toujours. On y repense à chaque fois qu'on les affronte. Ce jour-là, l'atmosphère était brûlante, le Millennium hostile." Insistant sur la pression mise par les supporters gallois, il espère désormais le même traitement pour les Gallois à Twickenham.



Mais le capitaine des Anglais n'est pas le seul à vouloir commencer le match avant l'heure. Les deux centres Scott Williams (Pays de Galles) et Sam Burgess (Angleterre) n'ont pas manqué de s'envoyer des piques en conférence de presse. Alors que Burgess va débuter en remplacement de Jonathan Joseph, blessé, Williams n'a pas oublié de préciser qu'il était plus difficile de défendre sur Joseph. Interrogé sur cette remarque, le jeune Anglais n'a pas manqué l'occasion de se faire remarquer, feignant de ne pas connaitre son vis-à-vis : "Qui est-ce ?" a t-il répondu. Ambiance, ambiance...


Retrouvez les meilleurs moments du match d'ouverture entre l'Angleterre et les Fidji



Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.   

en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre