Coupe du monde de rugby : L’Afrique du Sud doit panser ses plaies 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Coupe du monde de Rugby 2015 - Highlights - Afrique du Sud 12 - Japon 10 : revoir l'essai de Bismarck du Plessis
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-21T10:31:01.468Z, mis à jour 2015-09-21T10:52:52.756Z

Après l’humiliante et inattendue défaite contre le Japon (34-32) samedi, l’Afrique du Sud s’est réveillée avec la gueule de bois. Mais l’heure est rapidement à la mobilisation générale car le double champion du Monde doit vite se relever. Dès samedi face au Samoa.

Un coup de tonnerre, une humiliation, une honte nationale, une défaite inacceptable. Au lendemain du séisme qui a frappé la nation arc-en-ciel, battue par le Japon pour son entrée dans la Coupe du Monde, la presse sud-africaine n’a pas fait dans la dentelle. Et on comprend aisément pourquoi. D’une part car ce revers est le plus inattendu de l’histoire du rugby sud-africain mais aussi parce qu’elle n’attendait que ça pour mettre encore plus Heyneke Meyer sur la sellette. 



Meyer, l’homme à abattre 

Depuis plusieurs mois maintenant, le sélectionneur des Springboks est la cible privilégiée des médias locaux. Et ce ne sont pas ses « excuses » présentées à la nation entière en conférence de presse qui vont changer la donne, son discours ne semble plus passer. Pour le principal intéressé, c’est dans l’union que l’Afrique du Sud sortira de cette crise sans précédent. « Nous devons nous réunir et essayer de traverser tout ça. Les joueurs et moi, nous devons assumer. Je ne vais pas blâmer mes joueurs, certains revenaient de blessures et n'étaient pas assez bons. Mais, je crois toujours en eux. » L’inverse est-il également d’actualité ? Ce n’est pas forcément évident. 




Matfield veut laver l’affront 

Pour le moment, au sein du groupe des Springboks, on essaie de camoufler les divergences et on prône l’union sacrée. Pour le deuxième ligne historique, Victor Matfield, l'affront est de taille. Et le moyen de tout faire oublier existe... « C'est inacceptable. Il n'y a qu'un moyen de réparer ça, c'est de devenir champion du monde. » A ce stade de la compétition, l’affaire est bien mal engagée mais les Springboks ont des ressources. Ils l’ont prouvé maintes fois par le passé. Pour y parvenir, il faudra faire preuve de plus de rigueur défensive et surtout ne pas offrir autant de munitions à un buteur en réussite, comme l’était le Japonais Ayumu Goromaru. Désormais se présentent les Samoa, les USA et l’Ecosse pour l’Afrique du Sud. Sur le papier, rien de bien transcendant. En même temps, c’est exactement le discours que tenaient tous les spécialistes rugby avant le match contre le Japon. Mais une équipe avertie en vaut deux. L’Afrique du Sud sait maintenant que chaque match sera une vraie bataille.  

Durant toute la Coupe du monde, retrouvez le guide de la compétition TF1 et le rugby mix : les meilleurs moments vidéos de toutes les Coupes du monde. Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.

en savoir plus : Christian Jeanpierre, Denis Brogniart