La star du jour - Dan Carter, bon pied bon oeil 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

error
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-21T14:00:25.676Z, mis à jour 2015-09-28T14:44:25.557Z

Considéré comme l'un des plus grands joueurs de l'histoire du rugby néo-zélandais, Dan Carter dispute sa quatrième Coupe du Monde en Angleterre. L'occasion de s'inscrire encore un peu plus comme une légende en son pays. Portrait.

>CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER TOUTES LES STARS DU MONDIAL<


Daniel Carter

Né le 5 mars 1982, à Leeston (Nouvelle-Zélande)

Taille : 1,78 m

Poids : 96 kg

Sa carrière en club :

A 33 ans, Daniel Carter n’a connu que trois clubs dans sa carrière (Canterbury, Crusaders et Perpignan)… et bientôt un quatrième puisque l’ouvreur de la Nouvelle-Zélande rejoindra le Racing 92 à l’issue de la Coupe du Monde 2015. Ses débuts, Dan Carter les fait dans l’équipe provinciale de Canterbury en 2002. En 2003, il enchaîne par un premier Super 12 avec les Crusaders au poste de premier centre avec un certain… Andrew Mehrtens à ses côtés. Rapidement, c’est lui qui prend la place d’ouvreur numéro 1. Il remporte d’ailleurs le Super 12 en 2005, puis le Super 14 en 2006. Sollicité par tous les plus grands clubs européens, il choisit finalement de rejoindre l’USAP en 2008. Ses débuts sont prometteurs mais il se blesse gravement en janvier 2009 (rupture du tendon d’Achille) et ne dispute que cinq matchs sous les couleurs catalanes. Il sera tout de même là pour lever le Bouclier de Brennus lors de la victoire de Perpignan sur Clermont en finale du championnat de France 2009. De retour en Nouvelle-Zélande, il réintègre l’équipe de Canterbury puis celle des Crusaders. En 2010, il devient le deuxième joueur de l’histoire, après l’Australien Stirling Mortlock, à marquer plus de 1000 points en Super Rugby.


Sa vie en noir :

2003 voit les premiers pas de Dan Carter avec la tunique noire de la Nouvelle-Zélande. Ses performances au… centre (ndlr : Carlos Spencer lui est préféré à l’ouverture) lui offrent une place à la Coupe du Monde. Mais c’est l’année suivante qui le consacre joueur d’envergure lors d’une tournée automnale en France et en Angleterre. Son talent éclate au grand jour et il est nommé une première fois meilleur joueur de la planète en 2005. Son influence sur le jeu des Blacks est grandissante et il remporte 8 fois le Tri-Nations (aujourd’hui appelé Rugby Championship) dans sa carrière. C’est en Coupe du Monde où sa déception est la plus grande. Troisième en 2003 et quart de finaliste en 2007, il finit tout de même par remporter le titre suprême face à la France en 2011. Mais pour l’intéressé, c’est la frustration qui domine. Une nouvelle blessure le prive de quasiment toute la compétition (ndlr : il ne disputera que les deux premiers matchs de poule face au Tonga et à la France). De nouveau nommé meilleur joueur du monde en 2012, Dan Carter est aussi le meilleur réalisateur de l’histoire des All Blacks. Critiqué lors des quatre dernières années pour un rendement insuffisant – en raison notamment de blessures à répétition – l’ouvreur néo-zélandais a convaincu Steve Hansen de l’emmener en Angleterre lors de la démonstration des Blacks face à l’Australie (41-13) le 15 août dernier. Face à l’Argentine, le numéro 10 a montré qu’il avait encore du talent et surtout une qualité au pied dont ne pouvait se passer la Nouvelle-Zélande.


Ses points forts :

Evidemment, sa qualité face aux perches n’est plus à démontrer. Dan Carter est l’un des joueurs les plus précis qui n’ait jamais existé dans cet exercice (ndlr : Son taux de réussite le place comme l'un des meilleurs spécialistes mondiaux avec l'Anglais Jonny Wilkinson et le Sud-Africain Percy Montgomery, tous deux gauchers). Des pénalités, l’ouvreur des Blacks en a inscrit un nombre incalculable. Mais résumer la carrière de Dan Carter à sa qualité au pied ne serait pas juste car l’intéressé est aussi un superbe meneur de jeu. Capable d’aller attaquer la ligne avec ses qualités athlétiques, l’ancien de l’USAP sait aussi mettre du rythme dans le jeu de son équipe, et alterner jeu à la main et jeu au pied quand c’est nécessaire. Il est aussi un redoutable défenseur. Formé comme premier centre, Carter sait également apporter son poids pour perforer les défenses et sa vitesse de pointe est assez incroyable pour un numéro 10. Agile et vif, il a toutes les qualités du rugbyman du 21eme siècle. 



>RETROUVEZ ICI TOUTES LES STARS DU MONDIAL<


Durant toute la Coupe du monde, retrouvez le guide de la compétition TF1 et le rugby mix : les meilleurs moments vidéos de toutes les Coupes du monde. Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1

en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre