Coupe du Monde de rugby - XV de France : Peut-on vraiment craindre la Roumanie ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Roumanie en 2011   Rugby
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-22T12:30:56.592Z, mis à jour 2015-09-22T12:30:56.592Z

Prochain adversaire du XV de France, mercredi au Stade Olympique à 21h00 sur TF1, la Roumanie n’a pas de quoi faire trembler. Les « Chênes » restent une nation mineure de l’ovalie mais visent tout de même deux victoires dans la poule D, synonyme de qualification pour le prochain Mondial au Japon.

Des moyens financiers limités, des conditions de préparation assez rudimentaires et un niveau global assez faible, le rugby roumain est loin de son faste d’antan. Les années 1980, à la gloire de la dictature national-communiste de Nicolae Ceaucescu, sont bien révolues. A cette époque, le rugby était un sport privilégié au pays des « Chênes », il y était même érigé en vitrine respectable d’un régime soucieux de se démarquer de son « suzerain » soviétique. Hélas, tout cela a pris fin après l’effondrement de l’ancien dictateur roumain et avec lui, toutes les infrastructures sportives de l’époque. Depuis, la Roumanie végète dans l’antichambre du haut niveau mondial et attend son heure. Ces adversaires réguliers se nomment la Russie, l’Espagne, la Belgique, le Portugal ou la Géorgie. Pas forcément évident de progresser dans ces conditions. Jusqu’au passage au professionnalisme du rugby en 1995, la France et la Roumanie avaient l’habitude de se croiser. Mais depuis, les affrontements entre les deux équipes se sont raréfiés et c’est tout le rugby roumain qui en souffre… 


Objectif deux victoires !

Pour cette Coupe du Monde 2015, la Fédération a assigné à ces joueurs de remporter deux victoires dans la poule D où figurent également le Canada, l’Italie et l’Irlande. Au regard du niveau affiché par les partenaires de Catalin Fercu depuis plusieurs mois, l’objectif semble plus que compliqué. Car si la Roumanie a disputé toutes les éditions de la Coupe du Monde depuis 1987, elle n’a jamais réussi à passer le premier tour malgré quelques succès de prestige contre l’Italie et l’Ecosse. En 2001, la Roumanie touche le fond en encaissant un retentissant 134-0 contre les Anglais à Twickenham. En 2006, la victoire dans le championnat européen des Nations relance la machine qui s’enraye à nouveau lors de la Coupe du Monde en France en 2007. Encore dernière de sa poule en 2011, les Roumains passent pourtant près d’un exploit contre l’Ecosse, mais craque sur la fin. Une mauvaise habitude. 

Howells a changé la donne 

En 2012, le Gallois Lynn Howells arrive aux commandes et change le mode de fonctionnement. En imposant un staff de qualité et en réalisant une large revue d’effectif depuis trois ans, le sélectionneur impose sa patte malgré des difficultés financières persistantes. Le championnat local peine à attire les sponsors, les joueurs sont payés une misère et les spectateurs ne suivent pas. Pour préparer l’édition 2015, la Fédération a tout de même décidé de mettre la main à la patte. Le staff a été étoffé à 12 membres et la préparation physique a été beaucoup plus poussée qu’à l’accoutumée. « Nous devons nous servir de cette Coupe du monde comme d’un tremplin, assure Hari Dumitras, le président de la Fédération roumaine. Le résultat contre les Français importe peu, ce qui compte en revanche c’est notre capacité à montrer que nous sommes à la hauteur de l’évènement. C’est la seule façon de rouvrir la relation franco-roumaine. Si nous arrivons à poser des problèmes aux grandes nations, elles feront ensuite appel à nous pour se tester avant des grands matchs. » Le Japon a montré la voie… 


Durant toute la Coupe du monde, retrouvez le guide de la compétition TF1 et le rugby mix : les meilleurs moments vidéos de toutes les Coupes du monde

Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.

en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre