Couverture médiatique, baisse des prix des tickets, l'Angleterre ne s'intéresse plus à sa Coupe du monde 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Hymne Angleterre
Par Thomas Audebert|Ecrit pour TF1|2015-10-20T13:45:39.387Z, mis à jour 2015-10-20T13:45:39.387Z

Eliminés dès la phase de poules pour la première fois de son histoire, les Anglais voient la phase finale de la Coupe du monde de rugby d'un oeil distrait.

C'était prévisible. Tous les médias et analystes le craignaient, l'engouement des Anglais pour la Coupe du monde de rugby a sacrément chuté depuis leur élimination. Sorti dès la phase de poules, ce qui est une première pour un pays organisateur, le XV de la Rose a entrainé dans sa chute l'attrait des Anglais pour la compétition.

Revoyez en images la victoire de l'Australie face à l'Ecosse.



Des médias désintéressés.

Il suffit de jeter un oeil sur les pages d'accueil des sites internet des grands médias anglais. BCC, Guardian, Times, tous se désintéressent de la compétition, qui n'occupe désormais qu'un petit encart. Une place qui serait encore moindre si la fédération internationale n'avait pas reconnu l'erreur de Craig Joubert lors de la rencontre des quarts de finale entre Australie et Ecosse (victoire australienne 35-34 contre l'Ecosse). Ce devait être la Coupe du monde la plus médiatisée de tous les temps, mais l'échec des Anglais a clairement perturbé le programme.


Sur le Guardian, l'erreur de Craig Joubert garde la une, mais le reste de l'actualité est sur la Ligue des Champions de football


Capture d’écran 2015 10 20 à 12 11 53


Sur le Times, l'édito est rugbystique, mais aucune autre information sur la Coupe du monde n'est communiquée


Capture d’écran 2015 10 20 à 12 09 52


L'élection du Ballon d'or FIFA a les faveurs du Telegraph.


Capture d’écran 2015 10 20 à 12 10 51


Des audiences télévisées en berne

Alors qu'une grande performance des hommes de Stuart Lancaster aurait largement profité aux audiences télévisées (en 2007, la meilleure audience de l'histoire de la Coupe du monde a été réalisé lors de la demi-finale entre la France et l'Angleterre), cette élimination a clairement plombé les chiffres. Contre le Pays de Galles, 10,4 millions de personnes étaient devant leur écran. A titre de comparaison, la rencontre entre la Nouvelle-Zélande et la France (victoire des Blacks 62-13) n'a attiré que 4 millions de personnes, une chute de 60%. Difficile de croire que l'élan populaire est encore présent.

Des stades qui risquent de sonner creux

Jusqu'à présent, les chiffres d'affluence dans les stades sont encore plutôt positifs. Malgré l'absence des Anglais, les autres nations britanniques que sont le Pays de Galles, l'Irlande et l'Ecosse se sont rendues en masse dans les stades retenus pour la compétition. Même si la revente de billets pour les quarts de finale de la poule A (celle de l'Angleterre) a été importante, l'affluence n'en a pas trop pâti. 

Reste que les demi-finales n'opposeront que des nations de l'hémisphère sud et cela ne réjouit pas les organisateurs. les Irlandais notamment, très confiants à l'idée d'aller en demi-finale, ont acheté des billets en masse, qu'ils cherchent désormais à revendre au plus vite. Dans toutes les catégories de places, le prix chute drastiquement : de 40 à 70 livres pour éviter la fuite du public. Aucune nation du Nord dans un tournoi joué en Angleterre, c'était surement la combinaison la plus mauvaise possible pour la fin de la compétition