EN DIRECT XV de France : Frédéric Michalak : « Des idées, j’en ai plein » 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Rugby - Coupe du monde 2015 - France 10 - 0 Canada : revoir la pénalité du record de Frederic Michalak
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-10-27T10:02:05.954Z, mis à jour 2015-10-27T10:18:10.226Z

Touché physiquement et moralement après l’élimination des Bleus en Coupe du Monde, l’ouvreur du RC Toulon est revenu sur cette expérience difficile dans l’Equipe et veut regarder vers l’avenir.

Discret médiatiquement comme à son habitude, Frédéric Michalak n’avait pas voulu s’exprimer à chaud sur la débâcle historique subie par les Bleus en quart de finale de la Coupe du Monde, se contentant d’annoncer sa retraite internationale. Le stratège de Saint-André a finalement longuement pris la parole pour revenir sur les raisons de l’échec et donner sa vision du futur du XV de France.


Retour sur la déroute des Bleus face aux Blacks :



C’est vraiment de notre faute 

Forcément très déçu par sa plus grosse déception en bleu, il évoque la supériorité d’adversaires « en avance techniquement, tactiquement, mentalement (…) avec des gabarits hors normes » sans se cacher ni occulter les failles de son équipe « on a pas fait le boulot (…) c’est vraiment de notre faute (…) cette Coupe du Monde, on l’a tous ratée ». 


Le rugby Français est en retard

Fraichement retraité, le meilleur réalisateur de l’histoire du XV de France porte également un regard très critique sur l’évolution du rugby Français. Regrettant que « les autres nations grandissent plus vite » que la France, il fustige une certaine fermeture d’esprit, arguant que « le rugby Français pourrait s’en inspirer (du travail réalisé un Nouvelle-Zélande NDLR) et aller voir ce qui se passe là-bas (…) il faut aller un peu voir chez eux. Il y a là-bas tout ce qu’il n’y a pas en France ». 


Pourquoi ne nous demande-t-on pas notre avis ? 

Il regrette enfin le manque d’ouverture des instances dirigeantes ne s’appuient pas plus sur l’’expérience des joueurs trouvant « aberrant qu’on ne [les] consulte pas ». Considérant que « des gars comme Pascal Papé, Nicolas Mas ou Thierry Dusautoir qui peuvent être utiles » et insistant sur le fait que « des idées, [il] en a plein », il propose ses services au dirigeants du rugby Français. Son appel sera-t-il entendu ?


Télérugby : France, quel avenir pour les Bleus ?