Top 14 : des retours qui font du bien 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Jamie Cudmore
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2015-10-13T13:02:11.068Z, mis à jour 2015-10-13T14:43:52.705Z

Avec douze des vingt sélections engagées en Coupe du monde éliminées, le Top 14, avec le retour des internationaux, va retrouver un accent plus international et davantage de compétitivité. Toulon et Clermont en sont déjà les principaux bénéficiaires.

Championnat le plus représenté à la Coupe du monde avec la Premiership anglaise, le Top 14, avec la fin de la première phase, va récupérer une large partie de ses internationaux. Plus gros pourvoyeurs en "mondialistes", le RCT et l'ASM vont pouvoir se régénérer quelque peu.

Revoir les grands moments de la victoire irlandaise sur le XV de France :

Le Top 14 reprend des couleurs

Adieu l'Angleterre et re-bonjour la France ! Si les choses sérieuses vont réellement commencer en fin de semaine, outre-Manche, avec la programmation des quarts de finale de la Coupe du monde, l'écrémage effectué tout au long de ce premier mois de compétition va permettre au championnat de France de retrouver un peu de ses couleurs. Douze des vingts sélections engagées dans le Mondial ont pris la porte ce qui va permettre aux clubs de l'hexagone d'ouvrir les leurs. En tout, c'est le retour d'une trentaine de joueurs dans les clubs du Top 14 qui est attendu.

Toulon et Clermont les mieux lotis

Formations les plus touchées par cette fuite saisonnière, Toulon (16 internationaux) et Clermont (11), au jeu des vases communicants, sont également ceux qui vont bénéficier le plus du retour des bannis du "grand 8". Si pour Clermont, leader du Top 14 avec trois victoires en quatre matches, l'absence de quelques-uns de ses joueurs majeurs ne s'est pas trop fait sentir, les retours du Canadien Cudmore, du Géorgien Zirakashviliou encore du Fidjien Yato, soit des renforts dans tous les secteurs de jeu, seront bénéfiques. Pour Toulon, quelque peu en difficulté après quatre journées disputées (2 victoires, 2 défaites), le retour de cette première vague d'internationaux (les Géorgiens Mikautadze, Gorgodze et Chilachava, de l'Américain Manoa) est même devenu une nécessité.

Oyonnax va pouvoir souffler

Si pour la très large majorité de ces joueurs, le retour à la compétition ne se fera que le week-end du 24 octobre, à l'occasion de la 6e journée, pour certains clubs le temps presse. Ainsi, Oyonnax, qui ne peut se targuer d'avoir la profondeur de banc des grosses écuries, va enfin pouvoir lutter à armes égales avec le retour de six de ses joueurs (les Tongiens Tonga'uiha Ma'af, Vainikolo, le Samoan Fa’asavalu et les Roumains Pungea et Ursache), tous des titulaires en puissance. La Rochelle (avec les Samoans Botia et Murimurivalu) et Bordeaux-Bègles (avec le Samoan Avei et le Fidjien Talebula), en souffrance dans cet entame de saison, devraient eux-aussi récolter les fruits de ses retours. Pour d'autres clubs, comme le Racing et le Stade français, il faudra faire preuve de patience avant le retour massif de leurs ouailles. Mais qu'ils se rassurent : si la logique sportive du moment est respectée, d'ici une petite semaine, ce sont 31 petits bleus qui devraient faire leur retour sur les prés de l'hexagone.

Durant toute la Coupe du monde, retrouvez le guide de la compétition TF1 et le rugby mix : les meilleurs moments vidéos de toutes les Coupes du monde. Pour tout savoir de l’actualité de la Coupe du monde, abonnez-vous à la Newsletter TF1.