Dans l'actualité récente

Fondamentaux, rideau, stamping, parlez-vous rugby ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Coupe du monde de Rugby 2015 - Highlights - Le Grand format d'Argentine - Australie
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2015-10-28T17:08:01.061Z, mis à jour 2015-10-28T17:45:08.621Z

La rédaction de TF1 a décidé de vous tester sur le langage de l’ovalie. "Parlez-vous rugby ?" est une rubrique qui vous explique en quelques mots les termes couramment employés dans le milieu du rugby.

> CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER TOUTES LES EXPRESSIONS DU RUGBY <


Fondamentaux 

Tout entraîneur qui se respecte, du Top 14 au Super Rugby en passant par l'équipe des poussins de Saint-Remy-en-Bouzemont, commence inévitablement son discours d'avant match par rappeler qu'ils faut les respecter. Ces fameux fondamentaux regroupent ainsi le tryptique sacré de Bernard Laporte : conquête, défense, discipline. Sans eux pas de ballons et donc pas de victoire. Bref, avant de se faire des passes, il faut aller au charbon !

La conquête en touche, l'un des fondamentaux des All Blacks :



Rideau 

Le rideau est une organisation défensive, une ligne fictive sur laquelle les joueurs se déploient pour maîtriser la largeur du terrain et empêcher les adversaires de progresser. Selon le niveau tactique de l'équipe, il peut y en avoir plusieurs, le premier maîtrisant les combinaisons développées à la main, le second pour anticiper un éventuel jeu au pied et le troisième pour rattraper les erreurs des deux autres... 

La défense des All Blacks contre la France :



Stamping 

Geste interdit sur les terrains de rugby, il consiste à frapper de haut en bas un adversaire au sol avec son pied. Il est sanctionné d'un carton rouge (jaune si la victime est Pascal Papé ou Bakkies Botha). A ne pas confondre avec le rucking, ou le pied caresse « innocemment » l'adversaire de l'avant vers l'arrière. La distinction est importante puisqu'un rucking dont le but est de faire vivre le ballon n'est pas sanctionné par l'arbitre. Au contraire du stamping, donc. 

en savoir plus : Bernard Laporte