Dans l'actualité récente

France - Nouvelle-Zélande : Top 5 des raisons qui nous laissent espérer un exploit 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

France Irlande bande annonce
Par Thomas COUPPÉ|Ecrit pour TF1|2015-10-15T17:25:08.099Z, mis à jour 2015-10-15T17:25:08.099Z

Battre la Nouvelle-Zélande, mission impossible ? Pas forcément. Le XV de France l'a déjà fait. Top 5 des raisons qui nous laissent espérer un exploit des Bleus face aux All Blacks samedi au Millennium Stadium de Cardiff.

1. Parce que les Français adorent être dans la peau de l'outsider

Le refrain est bien connu. C'est quand ils sont dos au mur que les rugbymen français sont les meilleurs. "Pourquoi est-ce qu'on va gagner ? Parce qu'on est français !"  résume même Serge Blanco dans une interview à rugbyrama. Tout le monde voit la France perdre. La seule question serait de savoir combien de points les All Blacks vont marquer ? Une situation qui rappelle l'atmosphère qui entourait les Bleus avant la demi-finale entre les deux équipes en 1999. La semaine précédant le match, les Français avaient refusé ce statut de condamnés et s'étaient pris en main. Résultat : un match exceptionnel remporté 43-31.

Revoir la demi-finale France - Nouvelle-Zélande de 1999 :


2. Parce que les All Blacks font un blocage contre les Français en phase finale de Coupe du monde

Si l'on met de côté le match pour la 3ème place en 2003 (13-40) et la rencontre de la phase de poule en 2011 (37-17), les Français ont toujours gagné contre la Nouvelle-Zélande en quart ou en demi-finale. Certes, ce n'est arrivé que deux fois, et la France a aussi perdu deux finales contre les All Blacks (1987 et 2011). Mais les Néo-zélandais n'ont jamais battu les Français lorsqu'une place en demi ou en finale était en jeu. En 1999 (demi-finale) et en 2007 (quarts), le XV de France a mis fin à la Coupe du monde des hommes en noir. Il n'y a qu'à voir la prudence avec laquelle Steve Hansen et ses joueurs parlent du match devant les médias pour se rendre compte que la France est un adversaire à part pour eux

Steve Hansen : "Les matches entre la Nouvelle-Zélande et la France sont toujours très intenses, et on s'attend à la même chose pour celui de ce weekend."



3. Parce que le match se joue au Millennium Stadium de Cardiff, pour revivre le remake de 2007

C'était le 6 octobre 2007. Un quart de finale de Coupe du monde, déjà. Au Millennium Stadium de Cardiff, déjà. Les Bleus avaient battu la Nouvelle-Zélande, et toute la France du rugby espère revivre le même scénario, samedi. L'histoire serait belle. Le fantôme de 2007 va-t-il venir hanter les joueurs néo-zélandais ? Pas sûr. Surtout que ce n'est pas Wayne Barnes mais Nigel Owens qui sera au sifflet. Il y a huit ans, l'arbitre anglais n'avait pas vu un en-avant de passe sur le deuxième essai français qui offre la victoire aux Bleus...


4. Parce que Frédéric Michalak

"Il est revenu à 100% de ses moyens." Philippe Saint-André a été catégorique ce jeudi en conférence de presse sur l'état de santé de son ouvreur, touché à la main contre l'Irlande, ce qui l'avait obligé à porter un gros bandage pendant quelques jours. Michalak sera titulaire samedi, et le joueur du Stade Toulousain, impeccable dans son rôle de buteur en phase de poule, détient peut-être la clé du (futur ?) succès des Bleus. A 33 ans, il dispute sa dernière Coupe du monde et aura à coeur de repousser encore d'une semaine au moins son ultime match dans cette compétition. Ajouté à cela un esprit de revanche après son mauvais match contre l'Irlande, et voilà Michalak prêt pour endosser l'habit de sauveur.



5. Parce que Philippe Saint-André prépare un plan secret depuis quatre ans pour ce match

Il est le seul sélectionneur à n'avoir pas remporté le Tournoi des VI Nations durant son mandat, le niveau de jeu du XV de France est inquiétant, certains choix de joueurs sont discutables et le staff français donne l'impression d'avancer à l'aveugle. Et si tout ça n'était qu'un stratagème pour tromper les adversaires et les surprendre au dernier moment ? Et si, depuis quatre ans, Philippe Saint-André préparait son groupe pour ce moment précis ? Des lancements de jeu propres et efficaces, des attaques au large et sans faute de main, des joueurs qui prennent du plaisir... Vous n'y croyez pas ? Nous non plus à vrai dire. Mais pourquoi pas ?