Insolite - Cuillère, cocotte, cravate: parlez-vous rugby ? 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Richie McCaw Nouvelle Zelande Argentine
Par Yoann Palej|Ecrit pour TF1|2015-09-29T16:30:29.205Z, mis à jour 2015-10-07T13:20:38.369Z

La rédaction de TF1 a décidé de vous tester sur le langage de l’ovalie. Parlez-vous rugby est une nouvelle rubrique qui vous explique en quelques mots les termes couramment employés dans le milieu du rugby. Accrochez-vous !

> CLIQUEZ ICI POUR RETROUVER TOUTES LES EXPRESSIONS DU RUGBY <


Une cuillère 

En rugby, la cuillère est un terme qui revient assez régulièrement. Il y a bien évidemment la cuillère de bois qui « récompense » le bon dernier du classement final du Tournoi des VI Nations mais il y a aussi la bonne vieille cuillère dans le jeu. Ce mouvement consiste à faire trébucher un joueur qui vous a dépassé en vitesse, en accrochant d’une main, et généralement en pleine extension, un genou, un pied, une cheville, enfin tout ce que vous pourrez pour stopper sa course. C’est en général le dernier recours pour empêcher l’adversaire d’aller marquer un essai dans l’en-but.


Une cocotte

Aucun lien de parenté avec Rory, le demi de mêlée du XV de France. Il s’agit du nom que l’on donne affectueusement à un regroupement où le ballon est porté, bien au chaud, et protégé par les joueurs d’une même équipe. On parle aussi parfois d’une « tortue » ou plus techniquement d’un groupé pénétrant. Le but est de protéger au mieux le ballon pour l’emmener le plus loin possible. Comme une cocotte qui couve ses œufs. Le côté instinct protecteur du rugbyman.

Une cravate

Les rugbymen sont réputés pour aimer tailler des costards mais pas forcément pour faire les nœuds de cravate. Quoiqu’il en soit, cette fois-ci, cela n’a rien à voir. Faire une cravate signifie réaliser un plaquage dangereux, au niveau de la gorge. Un geste qui peut être vite sanctionné d’un carton jaune, voire rouge en fonction de la dureté et du pedigree du joueur. On appelle également cela une « manchette ». Pour rappel, on peut plaquer tout ce qui est en dessous des épaules, à condition de faire le geste de serrer l’adversaire, pas de lui mettre juste un coup d’épaule.


Revoyez les plus beaux plaquages depuis le début de la Coupe du monde: 


en savoir plus : Denis Brogniart, Christian Jeanpierre