Insolite : Une compagnie australienne porte le maillot des All Blacks 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Qantas
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2015-11-02T17:27:41.967Z, mis à jour 2015-11-03T09:06:04.879Z

Conformément à un pari pris avant la finale de la Coupe du Monde de Rugby. La compagnie aérienne Qantas a fait naviguer son personnel avec le maillot des All Blacks.

Les fans de Rugby ont de l'humour, même dans la défaite. 

 Le XV de la Coupe du monde 


 Un pari est un pari 

 A la veille de la finale du Mondial de Rugby, disputée samedi 31 octobre 2015, à Twickenham, en Angleterre, entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande, les compagnies aériennes Air New Zealand (ANZ) et Qantas s'étaient « chambrées » via leurs comptes Twitter. Les community managers ont finalement mis en place un pari plutôt amical, pour pimenter la finale océanienne. Ils ont proposé que le vainqueur offre au vaincu des maillots du champion du monde à porter lors d'un vol de ligne. Suite à la défaite des Australiens, une délégation Neo-Zélandaise a rendu visite au personnel de vol de Qantas pour remettre à ses membres des maillots des All Blacks. L'équipage australien a honoré son pari avec humour. « Nous aimons toujours nos Wallabies, mais un pari est un pari », a commenté la compagnie aérienne australienne sur son compte Facebook. 


 Le pari aurait pu aller beaucoup plus loin 

 Le personnel du vol QF143 de la Qantas entre Sydney et Auckland a assuré lundi le voyage vêtu du maillot des All Blacks, comme convenu lors du pari pris sur les réseaux sociaux entre la compagnie australienne et son homologue néo-zélandais. Mais ce petit pari aurait pu aller nettement plus loin. Soutenant chacune leur équipe nationale respective, les compagnies ont d'abord suggéré que les avions de l'autre devraient être repeints aux couleurs de leur adversaire. « Nous pensions à un pari. Que penseriez-vous de peindre vos avions comme ça ? », a lancé Air New Zealand avec une photographie d’un avion de la Qantas aux couleurs des All-Blacks, pour accompagner le tweet. 


 Touchez aux vêtements, d’accord, mais pas aux avions.