Dans l'actualité récente

Quand Jamie Cudmore s'en prend au World Rugby... 

Voir le site Coupe du Monde de Rugby 2015

Jamie Cudmore
Par Julien CHESNAIS|Ecrit pour TF1|2015-10-09T10:44:36.571Z, mis à jour 2015-10-09T10:44:39.999Z

Pour Jamie Cudmore, c'en est trop. Sur twitter et dans la presse, le capitaine du Canada s'en est pris à la World Rugby et au traitement qu'elle réserve aux "petites" nations. Au-delà d'une programmation des matches qui leur est souvent défavorable, il dénonce, dans l'Equipe, l'obligation des équipes à "quitter l'Angleterre 24h après leur élimination", sous peine de payer eux-mêmes leur billet de retour.

Revoir le résumé du dernier match du Canada face à la Roumanie: 



La polémique a débuté mercredi sur Twitter. Pour ensuite ne cesser d'enfler. Mercredi, au lendemain du dernier match du Canada contre la Roumanie (défaite 15-17), le capitaine Jamie Cudmore a "remercié" les organisateurs pour cette Coupe du monde. Tout en concluant que lui et son équipe ont eu "à payer pour partir !" 



Il a ensuite répondu au tweet du Samoan Daniel Leo qui dénonçait que "mis à part les résultats, cette Coupe du monde porte encore un coup aux petites nations et le traitement de World rugby, au niveau de la programmation, des instances disciplinaires et de l’argent, laisse à désirer." 


Le joueur de Clermont a eu l'occasion de clarifier ses propos dans L'Equipe. Prenant la parole au nom des nations "mineures" du rugby, le rugueux deuxième-ligne de 37 ans a confirmé ses propos sur Twitter, expliquant se sentir "s'être fait jeter comme des vieilles poubelles par le World Rugby" : "La vérité, c’est qu’on a découvert, deux ou trois jours avant notre dernier match, mardi, que le contrat que les équipes signent avec World Rugby, en début de compétition, stipulait qu’on devait quitter l’Angleterre 24 heures au plus tard après notre élimination. Et quant aux gars qui ont voulu rester profiter de l’ambiance, on leur a dit que les billets n’étaient pas modifiables et qu’ils devraient les payer de leur poche. Certains, blessés, ont dû monter dans des cabines pressurisées même si ce n’est pas recommandé, sinon, ils perdaient leur billet. Et moi, qui ai décidé de rester un peu pour voir Australie-Galles avec ma famille, je ne pourrais pas me faire rembourser mon trajet en voiture. Pour moi, ce n’est pas grave, je n’ai pas de problème d’argent, mais ceux qui sont en deuxième division ou étudiants..." 

 Face à cette accusation, Brett Gosper, le directeur général de World Rugby, a ensuite répondu sur Twitter à Jamie Cudmore... 



Qui lui a promis de lui envoyer la facture. 

 

Dans l'Equipe toujours, le joueur de Clermont a aussi fustigé la programmation des matches. Selon lui, elle est trop défavorable aux petites nations qui ne peuvent se permettre de faire tourner leur effectif sans mal. Jouer deux matches en quatre jours ? L'Afrique du Sud et la France y ont aussi fait face reconnait-t-il, mais "c'est forcément préjudiciable à ceux qui n'ont pas 31 joueurs de même niveau. Les petites équipes doivent faire face à plus d'obstacles que les fortes".